Accéder au contenu principal

Phuntsok Wangdu a été libéré

Phuntsok Wangdu a 38 ans. Il est originaire de Drushir comté de Taktse à Lhassa. Phuntsok Wangdu fait partie des moines du monastère de Gaden où il est entré à l’âge de 14 ans pour étudier le bouddhisme.
En 1990, un groupe de fonctionnaires chinois visite son monastère pour mener une campagne de « rééducation patriotique »
18 moines, dont Phuntsok Wangdu, sont expulsés du monastère pour avoir critiqué les membres de l’équipe de travail chinoise et refusé d’être « rééduqués » Ils furent renvoyés dans leurs villages respectifs. Les chefs de chaque village reçurent pour instruction de leur interdire de voyager librement.
Le 17 novembre 1990, Phuntsok Wangdu fuit en Inde. Il rejoint Dharamsala.
Puis, à l’hiver 1993, Phuntsok Wangdu retourne au Tibet. Le 17 juin 1993, des membres du Bureau de la Sécurité Publique arrêtèrent Phuntsok Wangdu et le placèrent secrètement en détention à la prison de Sangyip. La cause de son arrestation n’a pas été communiquée.
Les autorités chinoises n’ayant pu obtenir de sa part aucune information intéressante, Phuntsok Wangdu est relâché, mais sous conditions, y compris la limitation de ses mouvements. Pendant trois ans environ, Phuntsok Wangdu resta à Lhassa.
Puis, à la veille du nouvel an tibétain de 1997, il est arrêté à son domicile avec son frère et son cousin. Les trois hommes sont placés dans le centre de détention de Gutsa où ils sont sévèrement torturés. Au mois de mai 1997, Phuntsok Wangdu est isolé et amené à un poste de police, à l’est de Lhassa où il est longuement interrogé pendant 6 semaines. Il est alors contraint de confesser des crimes qu’il n’a pas commis.
En juillet 1997, Phuntsok Wangdu est de nouveau transféré au centre de détention de Gutsa. Là-bas, il est soumis à des interrogatoires et tenta de se suicider. Soupçonné d’être à l’origine d’activités politiques, Phuntsok Wangdu est finalement accusé sans preuve « d’espionnage » et d’ « atteinte à la paix et à la sécurité du pays » Il est alors condamné à 14 ans d’emprisonnement en juin 1998, par la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa.
Il a fait appel de sa condamnation. En vain.
Il est actuellement emprisonné à la prison de Drapchi à Lhassa.
Des rapports récents, non officiels, de visiteurs à Drapchi indiquent que Phuntsok Wangdu agit de manière étrange, ce qui signifierait qu’il connaît une instabilité émotionnelle croissante.

Proposition de courrier :

Monsieur le ……………..
Phuntsok Wangdu est originaire de Drushir comté de Taktse à Lhassa, moine du monastère de Gaden, il a refusé de participer à des séances de « rééducation patriotique » dans son monastère.
Après avoir séjourné en Inde, il est rentré au Tibet. Plusieurs fois arrêté, torturé, il a été condamné sans preuve à 14 ans de prison par la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa pour « espionnage » et « atteinte à la paix et à la sécurité du pays »
Phuntsok Wangdu a exprimé son opinion et usé de son droit de se déplacer librement. Il n’a fait qu’exercer ses droits reconnus dans la Déclaration Universelle de 1948 (articles 19 et 13)
Je vous demande donc expressément la libération immédiate et inconditionnelle de ce prisonnier politique.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le ...... mes salutations distinguées.
Nom, Adresse
Signature

Traduction en anglais :

Mr ........
Phuntsok Wangdu from Drushir, Lhassa county of Taktse. As amonk in the monastery of Gaden, he refused to participate in the "patrioticre-education" sessions in his monastery.
After a stay in India, he returned to Tibet. He was arrested and tortured several times before being sentenced without evidence to a 14-year prison-term by the People's Intermediate Court in Lhassa for "spying" and "endangering state peace and security".

Phuntsok Wangdu, who did nothing more than express himself and use his right to travel freely, is a prisoner of conscience. He thus simply used his rights which are recognised in the Universal Declaration of 1948 (article 19 and 13).
I thus urgently request his immediate and unconditional release.

Yours sincerely,

Nom
Adresse
Signature


Envois de courriers à :

Monsieur le Président du Gouvernement Populaire de la Région Autonome du Tibet
Xizang Zizhiqu Renmin Zhengfu 1 Kang’angdonglu
Lhasa 850 000
République Populaire de Chine

Madame le Ministre de la Justice de la République Populaire de Chine
Wu Aijing
Sifabu
10 Chaoyangmen Nadajie Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine
minister@legalinfo.gov.cn

Monsieur le Gouverneur Jianyuzhang
Directeur de la prison n° 1 de Drapchi
Xizang Zizhiqu Di Yi Jianyu
Lhasa 850 003
République Populaire de Chine

(1,25 euro pour un envoi de moins de 20 grammes à partir de la France ou enveloppes internationales moins onéreuses disponibles à la Poste)

Copie des courriers à :

Monsieur l’Ambassadeur
Zhaï Zun
Ambassade de Chine
11 Avenue George V
75008 Paris France
Chinaemb_fr@mfa.gov.cn

Monsieur Laurent Fabius
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris
France
http://www.france.diplomatie.fr/courrier/

Merci de transmettre les éventuelles réponses des autorités à :

Monique Dorizon
13,rue Charles Maréchal
78300 Poissy France
ou moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…

Tsegon Gyal

Tsegon Gyal   (次贡杰, 次贡塔)

Tsegon Gyal est né le 12 août 1963 dans une famille de nomades du village de Yakmo, en Amdo, province chinoise du Qinghai.
Tout d’abord, pendant plusieurs années, il a été instituteur dans un village de l’Amdo.
Puis, ayant réussi un examen de journalisme, il a travaillé pour un journal spécialisé dans les affaires juridiques et administratives, « Qinghai Legal Daily » mais aussi pour le « Qinghai Tibetan News ».
En 1989 (date approximative), il a été arrêté et détenu pendant un mois pour avoir parlé de l’expansion de la littérature tibétaine et du déclin de l’éducation tibétaine lors d’une conférence publique. Cela l’a empêché de travailler en tant que journaliste et ses écrits ont été censurés.
Cependant, il a pu se présenter à un concours d’entrée dans une école de police et, après ses études, a été employé comme policier.
Ensuite, il a été arrêté par le PSB à son domicile le 7 mai 1993. Il a été jugé en même temps que ses amis Lukhar Sham (Lukhar Jam ou Lupe…