Accéder au contenu principal

Adruk Lopoe

Adruk Lopoe (ch. Lubo), est né en 1962 dans le village de Yonru Kharshul, township de Ponkar, Comté de Lithang, Préfecture autonome du Tibet (TAP) de Kardze, Province du Sichuan.
Très tôt, il est entré au monastère de Lithang. Devenu maître de chant (Tib: Omzey) du monastère et maître de discipline (Tib : Geykoe) au Monastère de Yonru Rabgyeling dans le Comté de Lithang.
Faire partie de l’administration d’un monastère est aujourd’hui une position difficile dans le cadre de campagnes politiques répressives.
En 1997-1998, au plus fort de la campagne d’« Education patriotique » intitulée « Aimer la religion, aimer le pays » menée par les autorités chinoises dans les couvents et monastère du Tibet, Adruk Lopoe avait alors été nommé Représentant Directeur du Comité d’Organisation Démocratique (DMC) du Monastère de Lithang. Cependant, Adruk Lopoe a renoncé à ce poste, comprenant parfaitement sa ramification spirituelle et politique contraire à ses vœux, puisqu’il aurait du dénoncer son chef spirituel, le Dalaï Lama, ainsi que les dissidents politiques dans les monastères.
Adruk Lopoe, très connu et respecté dans la région, est un défenseur engagé de l’éducation de la jeunesse et la lutte contre la déforestation, l’exploitation forestière et les atteintes à la flore et la faune dans la région de Kardze.
Le 1er août, lors de l’arrestation de Ronggye A’drak à la suite de son esclandre, Adruk Lopoe était le meneur du groupe de Tibétains qui a tenté de négocier sa libération avec la police.
Le 21 août au soir, un nombre important de membres du PSB et de la Police Populaire Armée (PAP) a soudainement envahi Dakar Latse, village d’où est originaire Ronggye A’drak et ils ont voulu arrêter quelques uns de ses neveux, dont Adruk Lopoe. Ne le trouvant pas chez lui, les forces de sécurité ont arbitrairement détenu deux de ses frères, Adruk Gyatso et Adruk Nyima et les ont emmenés de force au Centre de détention local du PSB. Les membres du PSB et de la PAP ont entièrement mis à sac leur maison à la recherche d’un élément permettant de les accuser.
Adruk Lopoe, après plusieurs heures, apprenant l’arrestation de ses deux frères, est allé au Bureau du PSB du Comté de Lithang, a dit être la personne recherchée, et a demandé la libération de ses deux frères. Sans répondre à sa demande, l’officier l’a arrêté. Adruk Nyima et Adruk Gyatso, sévèrement battus, ont été libérés après six heures de détention.
La population locale pense que les prises de positions de Adrul Lopoe peuvent avoir rendu furieuses les autorités.
Cette arrestation est dans la droite ligne de ce qui a été observé au Tibet ces dernières années : la détention de moines tibétains importants, ayant une influence notoire sur la communauté monastique et civile et qui sont connus pour être loyaux envers le Dalaï Lama.
Le 29 octobre 2007, devant la Cour Populaire Intermédiaire de Kardze (ch. Ganzi), Adruk Lopoe a été condamné à 10 ans de prison pour « complicité avec des forces séparatistes étrangères afin de diviser le pays et distribution de pamphlets politiques » pour avoir pris des photos, fait des CD et les avoir transmis à des organisations étrangères. « Certains contenaient des renseignements qui mettaient la sécurité et les intérêts de l’état en danger » selon la Cour.

Suggestions de lettres à adresser aux autorités :

Madame, Monsieur ……………….


Je vous écris afin que vous interveniez en faveur d’Adruk Lopoe (ch : Lupo), neveu de Ronggye A’drak (ch : Rongji Azha) originaire de Yonru Kharshul, township de Ponkar, Comté de Lithang, Province du Sichuan.
Le 29 octobre 2007, Adruk Lopoe a été condamné à 10 ans de prison par le Cour Populaire Intermédiaire de Kardze pour « complicité avec des forces séparatistes étrangères afin de diviser le pays et distribution de pamphlets politiques »
Adruk Lopoe, moine de 45 ans, arrêté au soir du 21 août 2007 par des officiers du Bureau de la Sécurité Publique (PSB) du Comté de Lithang, n’a rien fait d’autre que d'exercer ses droits individuels d’expression, comme mentionné dans la Constitution de la République Populaire de Chine et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme signée par la Chine.
Cette lourde peine est considérée dans le monde comme une preuve du non respect des droits des Tibétains par le gouvernement chinois.
Je vous demande instamment la libération immédiate et inconditionnelle d’Adruk Lopoe, prisonnier politique.

Je vous prie d’agréer mes sincères salutations

Nom
Adresse
Signature

Dear ………………
I am writing to urge you to act on behalf of Adruk Lopoe (Chinese : Lupo) nephew of Ronggye A’drak (ch : Rongji Azha) from Yonru Kharshul village, Ponkar township, Lithang County, Sichuan province.
On October 29th 2007 Adruk Lopoe was sentenced to 10 years for "colluding with foreign separatist force to split the country and distributing political pamphlets." by the People’s Intermediate Court of Kardze.
Adruk Lopoe, a 45-year old monk who was arrested by the Lithang County Public Security Bureau (PSB) officials on the evening of 21 August 2007 has done nothing but exercised his individual rights of expression, as mentioned in the Constitution of the People’s Republic of China and the Universal Declaration of Human Rights signed by China.
This heavy sentence is viewed by the outside world as proof that the Chinese government does not respect the fundamental rights of the Tibetans.
I urge you to ensure the immediate and unconditional release of Adruk Lopoe, who is a political prisoner.
Yours faithfully

Nom
Adresse
Signature

Adresses des autorités auxquelles envoyer vos courriers

Proposition d’adresses d’envoi des courriers en Chine:

Madame le Ministre de la Justice (Minister of Justice)
Wu Aijing
Buzhang
Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyang Qu
Beijingshi 100 020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)
minister@legalinfo.gov.cn
pfmaster@legalinfo.gov.cn
Fax : + 86 10 6520 5236 ou + 86 10 6529 2345

Monsieur le Président du Gouvernement Populaire de la Province du Sichuan (Governor of the Sichuan Provincial People's Government)
Sichuansheng Renmin Zhengfu
Duyuanjie
Chengdushi
Sichuansheng, 610016
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur le Ministre de la Justice de la Province du Sichuan
(Director of the Sichuan Provincial Department of Justice)
Sifating
24 Shangxianglu
Chengdushi
Sichuansheng 610015
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)
Fax: +86 28 435 6784 / 435 6789

Affranchissement pour la Chine: 1,25 euro pour un envoi de moins de 20 grammes à partir de la France

Pour la France, copies des courriers peuvent être adressés à :

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris
chinaemb_fr@mfa.gov.cn
Fax : 01 47 20 24 22

Mr Jean-Marc Ayrault
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris
http://www.diplomatie.gouv.fr/courrier/
(Puis rubrique : « Réactions à l’actualité internationale »)

Merci de transmettre les copies des éventuelles réponses des autorités à :
Monique Dorizon
13 rue Charles Maréchal
78300 Poissy France
moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…

Tsegon Gyal

Tsegon Gyal   (次贡杰, 次贡塔)

Tsegon Gyal est né le 12 août 1963 dans une famille de nomades du village de Yakmo, en Amdo, province chinoise du Qinghai.
Tout d’abord, pendant plusieurs années, il a été instituteur dans un village de l’Amdo.
Puis, ayant réussi un examen de journalisme, il a travaillé pour un journal spécialisé dans les affaires juridiques et administratives, « Qinghai Legal Daily » mais aussi pour le « Qinghai Tibetan News ».
En 1989 (date approximative), il a été arrêté et détenu pendant un mois pour avoir parlé de l’expansion de la littérature tibétaine et du déclin de l’éducation tibétaine lors d’une conférence publique. Cela l’a empêché de travailler en tant que journaliste et ses écrits ont été censurés.
Cependant, il a pu se présenter à un concours d’entrée dans une école de police et, après ses études, a été employé comme policier.
Ensuite, il a été arrêté par le PSB à son domicile le 7 mai 1993. Il a été jugé en même temps que ses amis Lukhar Sham (Lukhar Jam ou Lupe…