Accéder au contenu principal

Jigme Gyatso a été libéré le 30 mars 2013




JIGME GYATSO A ETE LIBERE LE 30 MARS 2013
Jigme Gyatso : Ancien moine du monastère de Ganden, arrêté le 30 mars 1996, il purge une peine de 15 ans de prison pour avoir constitué et dirigé un groupe appelant à l’indépendance du Tibet.Il s'agit en fait de l'accrochage d'un drapeau tibétain sur le monastère de Ganden et de discussions à propos de l'indépendance du Tibet.Trois années de prison supplémentaires lui ont été alloués en 2005 pour avoir crié "Longue vie au Dalaï Lama"
Jigme Gyatso a été déplacé, comme beaucoup d’autres prisonniers, le 12 avril 2005 vers la nouvelle prison de Qushui, à l'ouest de Lhassa.
En novembre 2005, Manfred Nowak Rapporteur spécial sur la torture pour le Nations Unies a demandé à le rencontrer. A la suite de cet entretien, le Rapporteur a demandé la libération de Jigme Gyatso, celui-ci ayant avoué sous la torture.
Au début de décembre 2006, des nouvelles inquiétantes sont parvenues. A la suite de la visite de Monsieur Nowak, Jigme Gyatso a été maltraité, battu et mis en cellule d'isolement où il serait encore.Il ne pourrait plus se déplacer, blessé à une jambe.


Propositions de courrier à envoyer aux autorités :

Monsieur le …….

Jigme Gyatso (Dhondup Tsering) moine du monastère de Ganden a été arrêté le 30 mars 1996. Jugé au printemps 1997 pour « activités politiques en faveur de l’indépendance » du Tibet, il a été condamné à 15 ans de prison.
A de nombreuses reprises, il a subi des séances de torture qui l’ont considérablement affaibli.
Ces tortures ont été exercées en violation de la Convention contre la torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants signée par votre pays en 1986 et ratifiée en octobre 1988.
Jigme Gyatso, n’ayant fait qu’exercer ses droits fondamentaux d’opinion et d’expression, est un prisonnier politique.
J’interviens auprès de vous en sa faveur pour qu’il puisse avoir accès aux soins que sa santé réclame.
D’autre part, je vous demande expressément sa libération immédiate et inconditionnelle.
Dans l’espoir d’une réponse positive, je vous prie d’agréer, Monsieur le …… , l’expression de ma considération distinguée.

Nom ……………………………..
Adresse …………………………

Signature

Traduction de cette lettre en anglais :

Mr.......
Jigme Gyatso (Dhondup Tsering) a monk of Ganden monastery was arrested on March 30th 1996 for "political activities in favour of the independence of Tibet" and he was sentenced to 14 years imprisonment. He has been tortured many times and this has weakened him considerably. These tortures have been inflicted in violation of the "UN Convention against torture and other cruel, inhuman or
degrading treatment" signed by your country in 1986 and ratified in October 1988.
Jigme Gyatso, who has only made use of his fundamental rights of speech and opinion, is therefore a political prisoner.
I intercede on his behalf for him to have access to the treatment that his health requires. Moreover, I ask you expressly to liberate this prisoner immediately and unconditionally.
I am looking forward for a positive answer.
Sincerely yours

Nom, Adresse, Signature

Destinataires des courriers :

Monsieur le Premier Ministre
Wen Jiabao
Guowuyuan 9 Xihuangchenggenbeijie
Beijing 100 032
République Populaire de Chine

Monsieur le Président du Gouvernement Populaire de la Région Autonome du Tibet
Monsieur Padma Choling Zhuren
Xizang Zizhiqu Renmin Zhengfu 1 Kang’angdonglu
Lhassa 850 000
Tibet
République Populaire de Chine

Monsieur le Directeur du Bureau Régional de la Justice du Xizang
Zhaxi Dunzhu Juzhang
Sifaju
Duodilu, Lhassa 850000
Xizang Zizhiqu
Tibet
République Populaire de Chine

(0,95 euro pour un envoi de moins de 20 grammes à partir de la France)

Envoi des copies des courriers à :

Monsieur Laurent Fabius
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 PARIS

Monsieur l’Ambassadeur
Mr Kong Quan
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…

Tsegon Gyal

Tsegon Gyal   (次贡杰, 次贡塔)

Tsegon Gyal est né le 12 août 1963 dans une famille de nomades du village de Yakmo, en Amdo, province chinoise du Qinghai.
Tout d’abord, pendant plusieurs années, il a été instituteur dans un village de l’Amdo.
Puis, ayant réussi un examen de journalisme, il a travaillé pour un journal spécialisé dans les affaires juridiques et administratives, « Qinghai Legal Daily » mais aussi pour le « Qinghai Tibetan News ».
En 1989 (date approximative), il a été arrêté et détenu pendant un mois pour avoir parlé de l’expansion de la littérature tibétaine et du déclin de l’éducation tibétaine lors d’une conférence publique. Cela l’a empêché de travailler en tant que journaliste et ses écrits ont été censurés.
Cependant, il a pu se présenter à un concours d’entrée dans une école de police et, après ses études, a été employé comme policier.
Ensuite, il a été arrêté par le PSB à son domicile le 7 mai 1993. Il a été jugé en même temps que ses amis Lukhar Sham (Lukhar Jam ou Lupe…