Accéder au contenu principal

Jigme Tenzin Nyima (Bangri Rinpoché)





















Avec sa femme Nyima Choedron, Jigme Tenzin Nyima, âgé d’une quarantaine d’années, ancien moine, connu sous le nom de ‘Bangri’ Rinpoché a construit et dirigé un foyer pour enfants à Lhassa.
Jigme Tenzin travaillait avec le constructeur Tashi Tsering au projet d’une seconde école pour les orphelins. Tashi Tsering avait organisé une manifestation anti chinoise en août 1999. Il est mort en prison en février 2000 à la suite de mauvais traitements. Tous les amis et proches de Tashi Tsering ont été interpellés. Parmi eux, figurent Jigme Tenzin Nyima et Nyima Choedron.
A la suite de l’arrestation de Jigme Tenzin, des membres du PSB (Bureau de la Sécurité Publique) ont fouillé les classes et les chambres des enfants. L’école Gyatso a été fermée et les comptes bancaires de l’école ont été gelés.
Jigme Tenzin Nyima a été condamné en septembre 2003 à la prison à vie, Nyima Choedron à 10 ans.
Jigme Tenzin Nyima et Nyima Choedron ont été accusés pour des causes politiques définies par les autorités comme « mise en danger de la sécurité de l’Etat » accusation très lourde en République Populaire de Chine.
Nyima Choedron a bénéficié par deux fois de réduction de peine pour "bon comportement" L'existence de sa fille âgée de 7 ans, née peu avant l'arrestation de Nyima Choedron, peut avoir influencé la libération anticipée de Nyima Choedron le 26 février 2006.
Jigme Tenzin a été transféré de la prison de Drapchi à celle de Chushur. Sa condamnation à vie a été commuée à 19 ans d'emprisonnement. En novembre 2005, une réduction d'une année de sa peine a été prononcée.

Propositions de courrier :

Monsieur le ……………
Jigme Tenzin Nyima (Bangri Rinpoche), fondateur de l’orphelinat Gyatso Kyimlop School à Lhassa, très apprécié pour son travail auprès des enfants tibétains, a été arrêté en août 1999.Il semblerait que la cause de son arrestation soit l’organisation éventuelle d’une manifestation à Lhassa. Il a été accusé de « mise en danger de la sécurité de l’Etat » et condamné en septembre 2003 à la prison à vie.
Je vous serais reconnaissant(e) de bien vouloir me préciser quels sont les éléments portés à charge lors de son procès et, s'il est maintenu en prison sans preuves réelles d’« atteinte à la sûreté de l’Etat », de bien vouloir procéder à sa libération immédiate et inconditionnelle.
Espérant bon accueil à ma demande, je vous prie de croire, Monsieur le ………..à l’assurance de ma considération distinguée.

Nom, signature et adresse.


Sir,

Jigme Tenzin Nyima (Bangri Rinpoche) ,founder of the Gyatso Kyimlop School orphanage in Lhassa who is greatly appreciated for his work with Tibetan children, was arrested in August 1999. The cause of his arrest seems to have been the possible organisation of a demonstration in Lhassa.
He was accused of "endangering state security" and sentenced to life imprisonnement in September 2003. I would be very grateful if you could inform me about the precise charges which were held against him during his trial, and, if it is the case that he are being detained without any real proof of having "endangered state security", I request his immediate and unconditional release.
I thank you for taking my request into your kind consideration.
Yours sincerely,

Timbrer à 0,95 euro pour un envoi de moins de 20 grammes à partir de la France.

Adresses des destinataires de vos envois :

Monsieur le Président du Gouvernement Populaire de la Région Autonome du Tibet
Jampa Phuntsok (Qianbga Puncong)
Xizang Zizhiqu Renmin Zhengfu
1 Kang'angdonglu
Lasashi 850 000
République Populaire de Chine

Madame le Ministre de la Justice
Wu Aijing
Sifaju
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine

Copie de votre lettre à :

Monsieur l’Ambassadeur
Mr Kong Quan
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris

Mr Jean-Marc Ayrault
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75007 Paris

Merci de signaler vos envois de courriers et les éventuelles réponses des autorités à :

Monique Dorizon
13, rue Charles Maréchal
78300 Poissy
moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Karma Tsewang (Khenpo Kartse) a été libéré

Libéré le 4 juin 2016
Karma Tsewang 
(Khenpo Kartse)

尕玛才旺, 堪布嘎次
est un moine de haut rang (Khenpo) très respecté du monastère de Jhapa (Gongya) Comté de Nangchen,Préfecture de Kyegudo, région tibétaine du Kham, Province du Qinghai. Il a été arrêté dans la nuit du 6 décembre 2013, à Chengdu, capitale de la Province du Sichuan, par des agents de la sécurité publique travaillant pour la Préfecture de Chamdo (Changdu), Région autonome du Tibet. Ce moine de 38 ans était très activement engagé dans le travail social et promouvait l’identité nationale et culturelle tibétaine. Depuis un certain temps, il était surveillé par les fonctionnaires locaux. Il s’était notamment investi dans l’enseignement du tibétain auprès des jeunes et avait participé activement à l’aide humanitaire apportée aux victimes du tremblement de terre en avril 2010 à Kyegudo. Il avait même interviewé des témoins de cette catastrophe et réalisé un film, qui fut ensuite interdit par les autorités. Selon des sources locales, …

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…