Accéder au contenu principal

Thabkhe Gyatso

















Le 21 mai 2009, la Cour populaire intermédiaire de la Préfecture de Kanlho (Gannan), Province du Gansu, a déclaré Thabkhe Gyatso coupable du transport et de la distribution de drapeaux comportant le Lion des neiges, symbole du Tibet, au cours de la manifestation du 15 mars 2008, d’avoir crié des slogans réclamant l’indépendance et d’avoir transmis des informations à des groupes « séparatistes » extérieurs (vraisemblablement des organisations pro-tibétaines installées à l’étranger).

Thabkhe Gyatso est l’un des moines de l’important monastère de Labrang Tashikyil. Il était âgé de 31 ans au moment de son arrestation à l’intérieur du monastère, le 18 mars 2008. Il a aussi rédigé des essais publiés dans les journaux locaux sous le nom de plume d’« Amalha »

La manifestation de mars 2009 à laquelle il a participé regroupait de 5 à 6 000 personnes. Organisée par des moines, elle s’est déroulée à un endroit connu sous le nom de Choeten Karpo (Stupa blanc). Là, a été faite une cérémonie de « Sangsol » (un rituel au cours duquel de l’encens est brûlé). Puis les manifestants ont demandé, entre autres, le retour au Tibet du Dalaï Lama. En progressant dans les rues, ils ont aussi lancé des slogans demandant l’indépendance du Tibet. Ils se sont rapprochés du Centre du gouvernement du District. La Police Politique Armée (PAP) a fait usage de gaz lacrymogènes et de tirs à balles réelles en l’air afin de disperser les manifestants.

Le compte-rendu officiel du procès de Thabkhe Gyatso, qui s’est déroulé en secret, précise que sa présence dans la manifestation est avérée grâce à 4 photos. Il a admis avoir tenu le drapeau aux Lions de neige pendant la manifestation mais a affirmé qu’il n’avait pas lancé de slogans pour l’indépendance alors que d’autres témoins le confirmaient.
Le 19 mai 2009, le tribunal l’a accusé d’« atteinte à la sécurité nationale » et de « séparatisme ».
Par conséquent, les 3 juges ont conclu que Thabkhe Gyatso avait incité d’autres personnes à participer à des activités séparatistes et l’ont déclaré coupable de violation des Articles 55, 56 et 103 du Code Pénal de la République Populaire de Chine et condamné le 21 mai à 15 ans d’emprisonnement et à la privation de ses droits politiques pour 5 ans.
Les autorités n’ont pas informé la famille de ce procès, ni autorisé de visite au prisonnier avant le jugement, ni accepté l’avocat de Pékin que la famille désirait pour défendre Thabkhe Gyatso.
Le juge Zhang a déclaré que le moine avait déjà choisi son avocat et qu’il n’y avait pas besoin d’un autre venant de Pékin pour le représenter.
Le lieu de détention de Thabkhe Gyatso serait Dianxin, situé à 100 kms de la ville de Lanzhou, Province du Gansu.
Un ami lui ayant rendu visite rapporte que Thabkhe Gyatso est à moitié paralysé et a perdu la vue en grande partie.

Thabke Gyatso a bénéficié d’une réduction de peine de 12 mois, vraisemblablement pour bon comportement.

Vous trouverez ci-dessous des propositions de lettres en anglais ou en français à adresser aux autorités mentionnées.

L’affranchissement des lettres de moins de 20 grammes à destination de la Chine est de 1,25 euro.

Propositions de lettre à envoyer aux autorités :
En anglais

 I am writing to you out of my deep concern for the ongoing imprisonment and current condition of Thabkhe Gyatso (塔开加措, Takai Jiacuo).
This monk of Labrang Tashikyil monastery was sentenced by the Chinese government on May 21 2009 for having taking part in a protest. On March 15 2008, with thousands of people, he went through the streets of Kanlho (Gannan), asking for freedom in Tibet.
The Kanlho Intermediate People’s Court sentenced Thabkhe Gyatso to 15 years in prison and deprivation of his political rights for five years. He was found guilty of “endangering state security” and “splittism”.
I believe the conviction of Thabkhe Gyatso to be in violation of his right to freedom of expression as guaranteed by Article 19 of the International Covenant on Civil and Political Rights, to which China is a signatory, as well as China’s own constitution.
In addition, Thabkhe Gyatso is half-paralyzed and suffering from weak eyesight.
I call upon you to grant immediate medical parole to him on humanitarian grounds and that his release allows him access to the medical attention his deteriorating health requires.
Yours sincerely,
Nom, Prénom, Adresse, Signature

Ou en français

Je vous écris afin de vous exprimer ma profonde préoccupation au sujet de l'emprisonnement en cours et l'état actuel de Thabkhe Gyatso (塔开加措, Takai Jiacuo).
Ce moine du monastère de Labrang Tashikyil a été condamné par le gouvernement chinois, le 21 mai 2009 pour avoir participé à une manifestation. Le 15 mars 2008, avec des milliers de personnes, il est allé dans les rues de Kanlho(Gannan), demandant la liberté au Tibet.
La Cour populaire intermédiaire de Kanlho a condamné Thabkhe Gyatso à 15 ans de prison et à la privation de ses droits politiques pendant cinq ans. Il a été reconnu coupable de « mise en danger de la sécurité de l'Etat » et de « séparatisme ».
Je crois que la condamnation de Thabkhe Gyatso est en violation de son droit à la liberté d'expression garanti par l'Article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, dont la Chine est signataire, ainsi que de la propre constitution de la Chine.
En outre, Thabkhe Gyatso est à moitié paralysé et souffre d’une faible vision.
Je vous invite à lui accorder la libération conditionnelle médicale immédiate pour des raisons humanitaires et que sa libération lui permette d'accéder aux soins médicaux nécessités par la détérioration de sa santé.
Cordialement,
Nom, Prénom, Adresse, Signature

Quelques autorités auxquelles envoyer vos courriers :

Madame le Ministre de la Justice (Minister of Justice)
Ms. WU Aiying
Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)
(Ces adresses Internet sont très souvent difficiles à obtenir)

Monsieur le Secrétaire Parti communiste de la Province du Gansu (Secretary of the Gansu Regional Party Committee)
Mr. WANG Sanyun
Gansu Provincial General Office,
 No.1 Zhongyang Guangchang
 Lanzhoushi 730030
Gansusheng
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur le Gouverneur de la Province du Gansu (Governor of Gansu Province)
 Mr. LIU Weiping
Gansusheng Renmin Zhengfu
1 Zhongyang Guangchang
Chengguanqu
Lanzhoushi 730030
Gansusheng
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Il peut être aussi utile d’informer de votre démarche en faveur de Thabkhe Gyatso, vos élus, maires, députés, sénateurs, notamment ceux qui appartiennent aux différents groupes Tibet du Parlement.
ou

De même, faites connaître cette action autour de vous grâce à votre blog, Facebook ou tout autre réseau social.

Merci et bravo pour votre fidèle investissement dans le soutien aux prisonniers tibétains.
Monique Dorizon
moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…

Tsegon Gyal

Tsegon Gyal   (次贡杰, 次贡塔)

Tsegon Gyal est né le 12 août 1963 dans une famille de nomades du village de Yakmo, en Amdo, province chinoise du Qinghai.
Tout d’abord, pendant plusieurs années, il a été instituteur dans un village de l’Amdo.
Puis, ayant réussi un examen de journalisme, il a travaillé pour un journal spécialisé dans les affaires juridiques et administratives, « Qinghai Legal Daily » mais aussi pour le « Qinghai Tibetan News ».
En 1989 (date approximative), il a été arrêté et détenu pendant un mois pour avoir parlé de l’expansion de la littérature tibétaine et du déclin de l’éducation tibétaine lors d’une conférence publique. Cela l’a empêché de travailler en tant que journaliste et ses écrits ont été censurés.
Cependant, il a pu se présenter à un concours d’entrée dans une école de police et, après ses études, a été employé comme policier.
Ensuite, il a été arrêté par le PSB à son domicile le 7 mai 1993. Il a été jugé en même temps que ses amis Lukhar Sham (Lukhar Jam ou Lupe…