Accéder au contenu principal

Gepey a été libéré
















Gepey a été libéré sous caution le jeudi 12 juin 2014.


  Gepey (Gaybay), chanteur très connu au Tibet a été arrêté par la police de Barkham, Préfecture de Ngaba, au Sichuan, à la fin d’un concert donné en compagnie d’autres chanteurs populaires, le 24 mai dernier. Ce concert voulait sensibiliser les spectateurs à l’avenir de la culture tibétaine.
Les organisateurs avaient obtenu l’autorisation de la tenue de ce concert auprès des autorités et de la police locales.
L’arrestation de Gepey serait en lien avec sa chanson « Pas encore fait ! », exprimant l'attachement profond des Tibétains vis-à-vis de la protection de leur langue. Lors du concert du 24 mai, les spectateurs ont vivement applaudi le titre et le thème de cette chanson.

Vidéo du concert du 24 mai 2014 :

Le dernier DVD de Gepey, réalisé en 2012, comprenait, entre autres chansons très connues, « Victorieuses divinités ! Victorieux Tibet ! »
 La présence de chansons patriotiques avait précédemment entraîné l’interdiction du DVD ainsi que des apparitions de Gepey en public.

Proposition de lettres à envoyer aux autorités :

Courrier en anglais :

Dear …….. (Titre de la personne: Minister ou Director)

I have learned with grave concern of the arrest of Gepey ( ), a Tibetan singer who has been imprisoned for exercising his right to freedom of expression.
According to my information, following a concert in Kyungchu (Songpan) County, Prefecture of Ngaba (Aba), Province of Sichuan, on 24th May 2014, Gepey was taken away by officers from Barkham (Ma’erkang) County, citing any reason for his arrest.
I would be very interested to know why he was arrested. I request that your government reveals the details of any lawful charge against him.
I would also like you to ascertain the whereabouts of Gepey, assurance that he is in good health and not tortured or otherwise ill-treated whilst in detention.

I look forwards to your response.

Sincerely,

Nom, prénom, adresse, signature

Ou en français :

Monsieur ou Madame le …. (Titre de la personne : Madame le Ministre ou Monsieur le Directeur)

C’est avec beaucoup d'inquiétude que j’ai pris connaissance de l'arrestation de Gepey ( ), chanteur tibétain qui a été emprisonné pour avoir exercé son droit à la liberté d'expression.
Selon mes informations, à la suite d'un concert à Kyungchu (Songpan), préfecture de Ngaba (Aba), dans la province du Sichuan, le 24 mai 2014, Gepey a été emmené par des agents du comté de Barkham (Ma'erkang), ne donnant aucune raison de son arrestation.
J’aimerais beaucoup savoir pourquoi il a été arrêté. Je demande à ce que votre gouvernement fasse connaître les détails des accusations licites portées contre lui.
J’aimerais aussi que vous précisiez l’endroit où se trouve Gepey, garantissiez qu'il est en bonne santé et ne subit pas la torture ou autre mauvais traitement pendant sa détention.

Je suis dans l'attente de votre réponse.

Veuillez agréer mes meilleures salutations,

Nom, prénom, adresse, signature


Propositions d'adresses d’autorités auxquelles envoyer vos courriers :

(Tarif postal depuis la France métropolitaine: 0,98 euro pour un courrier inférieur à 20 grammes à destination de la Chine)

Madame le Ministre de la Justice (Minister of Justice)
Ms. WU Aiying
Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur le Directeur de l’administration provinciale de la justice du Sichuan (Director of the Sichuan Provincial Administration of Justice)
Sichuansheng Sifating,
24 Shangxianglu,
Chengdushi 610015
Sichuansheng
République Populaire de Chine (People's Republic of China)

Copies des courriers peuvent être envoyées à :

Monsieur le Ministre des Affaires étrangères (ou Ministre des Affaires étrangères de votre pays)
Monsieur Laurent Fabius
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris
(Sujet du message: « Réactions à l’actualité internationale »)

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine
Monsieur Zhaï Zun
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris


Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Karma Tsewang (Khenpo Kartse) a été libéré

Libéré le 4 juin 2016
Karma Tsewang 
(Khenpo Kartse)

尕玛才旺, 堪布嘎次
est un moine de haut rang (Khenpo) très respecté du monastère de Jhapa (Gongya) Comté de Nangchen,Préfecture de Kyegudo, région tibétaine du Kham, Province du Qinghai. Il a été arrêté dans la nuit du 6 décembre 2013, à Chengdu, capitale de la Province du Sichuan, par des agents de la sécurité publique travaillant pour la Préfecture de Chamdo (Changdu), Région autonome du Tibet. Ce moine de 38 ans était très activement engagé dans le travail social et promouvait l’identité nationale et culturelle tibétaine. Depuis un certain temps, il était surveillé par les fonctionnaires locaux. Il s’était notamment investi dans l’enseignement du tibétain auprès des jeunes et avait participé activement à l’aide humanitaire apportée aux victimes du tremblement de terre en avril 2010 à Kyegudo. Il avait même interviewé des témoins de cette catastrophe et réalisé un film, qui fut ensuite interdit par les autorités. Selon des sources locales, …

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…