Accéder au contenu principal

Lhamo Dorjee

Lhamo Dorjee


Le 29 novembre 2012, Tsering Namgyal, 31 ans, originaire de Zamtsa Lotso Dewa, comté de Luchu (Luqu), préfecture de Kanlho (Gannan), province chinoise du Gansu, s'est immolé par le feu pour protester contre l'occupation chinoise au Tibet.
En relation avec l’immolation de Tsering Namgyal, et vraisemblablement en décembre 2012, les fonctionnaires de la sécurité publique ont arrêté au moins 9  personnes.
Le gouvernement pour tenter de dissuader les Tibétains de s’auto-immoler a émis des documents « criminalisant » toute attitude liée à ces immolations (Procession ou marche honorant la mémoire de ceux qui se sont immolés. Porter le corps des immolés, et, de la sorte, « gêner le trafic » et « perturber l’ordre public », peut être sanctionné selon les articles 290 et 291 de la Loi pénale chinoise. Les agents de la sécurité peuvent traiter une simple conversation ayant pour objet l'auto-immolation en général, comme un acte d'homicide si un intervenant s'immole ensuite.)

 Le 28 février 2013, la Cour populaire intermédiaire de la préfecture de Kanlho (Gannan), située à Tsoe (Hezuo) capitale de la préfecture, a condamné 3 Tibétains à de lourdes peines de prison.
Parmi ceux-ci figure Lhamo Dorjee, paysan.
Lhamo Dorjee a été condamné à 15 ans de prison, et à la privation de ses droits civils et politiques pendant 3 ans.
Selon Xinhua, agence de presse officielle chinoise, les charges portées contre lui et les deux autres Tibétains sont celles d’« homicide volontaire » (Article 232 de la Loi pénale : « Quiconque est coupable d’« homicide intentionnel » doit être condamné à mort, à la réclusion à perpétuité ou à une durée déterminée d’emprisonnement d’au moins 10 ans; si les circonstances sont relativement mineures, il doit être condamné à l'emprisonnement d’une durée déterminée d'au moins trois ans, mais de 10 années au maximum. »)
Trinley, Tibétain exilé en Inde, citant des sources locales, précise : «  Les 3 Tibétains ont été accusés de meurtre et ont été condamnés à de lourdes peines pour avoir soi-disant incité à l’auto-immolation (de Tsering Namgyal). »
Le procès, comme il est habituel, s’est déroulé en secret et à huis-clos.
Des sources locales rapportent que « le jugement de la Cour populaire intermédiaire s’est déroulé sous très haute surveillance de l’armée », tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du tribunal, les Tibétains ayant été empêchés de s’approcher des bâtiments.

Proposition de lettre à adresser aux différentes autorités :

Dear …….. (Minister ou Secretary)

I am deeply disturbed to learn of 3 Tibetans, who are condemned to heavy sentences on charges of "intentional homicide" against Tsering Namgyal (Ciren Langjie, 次仁旺堆).
The three men are being held in conjunction with the self-immolation of Tsering Namgyal, on November 29th 2012, in Luqu, Gansu Province.
Among them is Lhamo Dorjee (Lamu Duojie, 拉姆多杰), sentenced to 15 years in prison and his civil and political rights deprived for 3 years by the Kanlho (Gannan) Intermediate People's Court on charges he incited the self immolation protest
The trial took place behind closed doors and in secrecy.
I therefore call to bring him to a fair and public trial which respect Article 10 of the Universal Declaration of Human Rights which stipulates: "Everyone in full equality to a fair and public hearing by an independent and impartial tribunal, in the determination of his rights and obligations and of any criminal charge against him".
Independent medical professionals and human rights monitors must also be permitted to visit his detention centre and examine the health conditions under which he is held.

Yours sincerely,
Nom, prénom, adresse et signature


Traduction en français de cette lettre :

Monsieur (ou Madame) le ……….. (Ministre ou Secrétaire)

Je suis profondément troublé(e) d'apprendre que 3 Tibétains, ont été condamnés à de lourdes peines sur des accusations d’ « homicide volontaire » contre Tsering Namgyal (Ciren Langjie, 次仁旺堆).
Les trois hommes sont détenus en relation avec l'auto-immolation de Tsering Namgyal, le 29 novembre 2012, à Luqu,  province du Gansu.
Parmi eux se trouve Lhamo Dorjee (Lamu Duojie, 拉姆多杰), condamné à 15 ans de prison et privé de ses droits civils et politiques  pendant 3 ans par la Cour populaire intermédiaire de Kanlho (Gannan) sur des accusations d’incitation à la manifestation par auto-immolation
Le procès s'est déroulé à huis clos et en secret.
J'appelle donc à ce qu’il ait un procès équitable et public qui respecte l'Article 10 de la Déclaration universelle des droits de l'homme qui stipule: «Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle. »
Des professionnels de la santé indépendants et des observateurs des droits de l'homme doivent également être autorisés à visiter son centre de détention et examiner les conditions sanitaires dans lesquelles il est détenu.

Cordialement,
Nom, prénom, adresse et signature

Proposition de destinataires de vos courriers :

Madame le Ministre de la Justice (Minister of Justice)
Ms. WU Aiying
Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur le Ministre de la Sécurité Publique (Minister of Public Security)
Mr. GUO Shengkun
 Buzhang  Gong’anbu
14 Dong Chang’anjie
 Dongchengqu
 Beijingshi 100741
 République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur le Secrétaire Parti communiste de la Province du Gansu (Secretary of the Gansu Regional Party Committee)
Mr. WANG Sanyun
Gansu Provincial General Office,
 No.1 Zhongyang Guangchang
 Lanzhou, Gansu 730030
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Copies de vos courriers peuvent être adressées à :

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris

Monsieur le Ministre des Affaires étrangères
Mr Jean-Marc Ayrault
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris

Au cas où vous recevriez une réponse de l’une ou l’autre de ces autorités merci de m’en faire part à l’adresse :

Bien sincèrement,
Monique Dorizon
https://www.facebook.com/monique.dorizon.73?ref=tn_tnmn

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Karma Tsewang (Khenpo Kartse) a été libéré

Libéré le 4 juin 2016
Karma Tsewang 
(Khenpo Kartse)

尕玛才旺, 堪布嘎次
est un moine de haut rang (Khenpo) très respecté du monastère de Jhapa (Gongya) Comté de Nangchen,Préfecture de Kyegudo, région tibétaine du Kham, Province du Qinghai. Il a été arrêté dans la nuit du 6 décembre 2013, à Chengdu, capitale de la Province du Sichuan, par des agents de la sécurité publique travaillant pour la Préfecture de Chamdo (Changdu), Région autonome du Tibet. Ce moine de 38 ans était très activement engagé dans le travail social et promouvait l’identité nationale et culturelle tibétaine. Depuis un certain temps, il était surveillé par les fonctionnaires locaux. Il s’était notamment investi dans l’enseignement du tibétain auprès des jeunes et avait participé activement à l’aide humanitaire apportée aux victimes du tremblement de terre en avril 2010 à Kyegudo. Il avait même interviewé des témoins de cette catastrophe et réalisé un film, qui fut ensuite interdit par les autorités. Selon des sources locales, …

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…