Accéder au contenu principal

Lobsang Tenzin, nouvelle action


En septembre 2011, Tibet Lib a proposé une intervention en faveur de Lobsang Tenzin.
Il a été libéré. 
Cependant une action de votre part est encore nécessaire :

Ce jeune étudiant de l’université du Tibet, alors âgé de 22 ans, a participé à une manifestation politique à Lhassa le 5 mars 1988. Au cours de cette manifestation un officier de police s’est défenestré. Lobsang Tenzin fut l’un de 5 Tibétains mis en relation avec son décès sans réelles preuves .
En janvier 1989, Lobsang Tenzin a été condamné à mort avec un sursis de 2 ans. Les charges portées contre lui furent de « meurtre avec préméditation.»
En janvier 1991, la condamnation de Lobsang Tenzin a été commuée en « prison à vie » et en avril 1993 à 20 ans d’emprisonnement.
En mars 1991, Lobsang Tenzin et un ami ont essayé de transmettre une lettre à James Lilley, ambassadeur des Etats-Unis lors de sa visite à la prison de Drapchi à Lhassa. Les deux hommes ont été battus, mis en cellule d’isolement, puis transférés à la prison de Powo Tramo où la santé de Lobsang Tenzin s’est détériorée. Les deux prisonniers furent régulièrement battus et torturés.
Lobsang Tenzin  a été transféré à la prison de Chushur (Qushui), près de Lhassa, en juillet 2005. Selon des informations officielles, la date d’expiration de sa condamnation était fixée au 26 avril 2013.
La santé de Lobsang Tenzin s’est gravement détériorée et il souffre de diabète, qui, associé à d’autres problèmes médicaux, lui occasionne des périodes douloureuses de cécité.

En vous appuyant sur les éléments précédents, il serait bon d’écrire à Monsieur Laurent Fabius (ou au Ministre des Affaires étrangères de votre pays) afin qu’il demande aux autorités chinoises des informations sur les conditions de libération et les conditions médicales de Lobsang Tenzin ( Luosang Danzeng, 洛桑旦增) et qu’il obtienne l’assurance des autorités chinoises que Lobsang Tenzin restera avec sa famille, chez lui, et qu’il recevra l’attention médicale nécessaire.

Toujours en vous appuyant sur les éléments précédents, il serait bon d’écrire à Monsieur l’Ambassadeur de Chine en France (ou dans votre pays), en lui demandant confirmation de la libération de Lobsang Tenzin (Luosang Danzeng, 洛桑旦增) ainsi que des informations sur l'endroit où il se trouve et son état de santé. Demander aussi l’assurance qu’il restera avec sa famille, chez lui, et qu’il recevra l’attention médicale nécessaire.

 Courriers à adresser à :

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine (ou Ambassade de Chine dans votre pays)
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris
chinaemb_fr@mfa.gov.cn
Fax : 01 47 20 24 22

Mr Jean-Marc Ayrault
(ou le Ministre des Affaires Etrangères de votre pays)
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris
France
http://www.diplomatie.gouv.fr/courrier/
(Puis rubrique : « Réactions à l’actualité internationale »)

Au cas où l’une ou l’autre de ces autorités vous répondrait, merci de me le signaler.
Monique Dorizon
moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…

Tsegon Gyal

Tsegon Gyal   (次贡杰, 次贡塔)

Tsegon Gyal est né le 12 août 1963 dans une famille de nomades du village de Yakmo, en Amdo, province chinoise du Qinghai.
Tout d’abord, pendant plusieurs années, il a été instituteur dans un village de l’Amdo.
Puis, ayant réussi un examen de journalisme, il a travaillé pour un journal spécialisé dans les affaires juridiques et administratives, « Qinghai Legal Daily » mais aussi pour le « Qinghai Tibetan News ».
En 1989 (date approximative), il a été arrêté et détenu pendant un mois pour avoir parlé de l’expansion de la littérature tibétaine et du déclin de l’éducation tibétaine lors d’une conférence publique. Cela l’a empêché de travailler en tant que journaliste et ses écrits ont été censurés.
Cependant, il a pu se présenter à un concours d’entrée dans une école de police et, après ses études, a été employé comme policier.
Ensuite, il a été arrêté par le PSB à son domicile le 7 mai 1993. Il a été jugé en même temps que ses amis Lukhar Sham (Lukhar Jam ou Lupe…