Accéder au contenu principal

Golog Jigme (Jigme Gyatso) a été libéré

















GOLOG JIGME EST ARRIVE EN INDE, A DHARAMSALA, LE 18 MAI 2014
Il a obtenu l'asile politique en Suisse en octobre 2015

Golog Jigme (Jigme Gyatso, Jinmei Jiacuo, 晋美加措) est né en 1969.
Il appartient au monastère de Labrang Tashikyil dans la Province du Gansu, où il est entré à l’âge de 14 ans.
Décrit comme un moine de grande intégrité, un travailleur social sincère, Golog Jigme est aussi un militant des droits de l’homme.
Pendant des années, il a eu à cœur de transmettre aux jeunes générations la langue et la culture tibétaines.
Sa première arrestation a eu lieu en 2006, au retour d’un séjour en Inde pour rencontrer le Dalaï Lama. A son retour, il a été immédiatement détenu, puis libéré après 40 jours, par manque de preuves.
Lorsqu’un fort tremblement de terre a touché le comté de Yushu le 14 avril 2010, Golog Jigme est allé dans la région pour aider au travail de sauvetage.
Avec son ami Dhondup Wangchen, il a participé au tournage du documentaire « Leaving fear behind » dans lequel des Tibétains s’exprimaient sur leurs conditions de vie et leurs espoirs à la veille des Jeux olympiques de 2008 à Pékin.
(Ce film est visible sur: http://www.youtube.com/watch?v=ANZZa5IabJ4
Depuis, Dhondup Wangchen a été condamné à 6 ans de prison.
Après avoir participé à ce documentaire, Golog Jigme a été arrêté par les autorités chinoises à plusieurs reprises. En mars 2008, il a été sévèrement torturé pendant des jours, accusé d’avoir des contacts avec le Dalaï Lama, puis libéré de prison le 15 octobre 2008
Il a été de nouveau emprisonné le 13 mars 2009, libéré le 22 avril 2009. Il aurait ensuite rejoint son monastère de Labrang Tashikyil, le 2 mai 2009.
Il y est demeuré sous liberté surveillée. 
Le 5 septembre 2012, son logement a été complètement rasé. Les policiers avaient cherché de quoi l'accuser, mais rien ne semble avoir été trouvé.
Le 13 septembre 2012, Dhondup Wangchen, son ami, a gagné le « Prix International Press Freedom Awards » attribué par le « Committee to Protect Journalists » basé à New York.
Golog Jigme a disparu depuis le 20 septembre 2012.
Le 28 novembre 2012, le Bureau de la Sécurité Publique de la province du Gansu a émis un mandat contre lui pour meurtre, promettant une récompense de 200 000 yuans (24 550 euros environ) aux informateurs.
Le texte officiel affirme que Jigme Gyatso est « soupçonné d'avoir commis un homicide volontaire ».
Selon Ajam Amchok, Tibétain vivant dans le sud de l’Inde, citant des sources de la région : « Il ne peut y avoir de base pour cette accusation d'homicide. Golog Jigme est un moine tibétain qui a toujours fermement cru en la non-violence. »
« De telles allégations de meurtre ont créé de fortes suspicions parmi les Tibétains. Entre autres, que Golog Jigme puisse être décédé en prison après avoir souffert de terribles tortures de la part des gardes. » « Les gens croient que les autorités chinoises tentent de jeter le discrédit contre le moine cinéaste tibétain en lançant des accusations montées de toute pièce. »


Depuis que les accusations surprenantes portées contre Jigme Gyatso sont apparues, « Filming for Tibet » http://www.leavingfearbehind.com/
a tenté de faire la lumière sur cette affaire et entamé des recherches sur la question. Les résultats de cette recherche sont les suivants:

1. Au cours des derniers mois et semaines, les témoignages individuels d’Occidentaux vivant en Chine et de Tibétains connaissant Jigme Gyatso sont apparus sur Facebook protestant contre l'idée même d'homicide. Des représentants de « Filming for Tibet » ont rencontré personnellement plusieurs de ces voix et ont été rassurés de savoir que l'origine de la recherche du Bureau de la Sécurité publique (PSB) est sans fondement et motivé par d'autres raisons, inconnues.

2. « Filming for Tibet » a systématiquement questionné des sources fiables au Tibet qui disent:

a. Il n'y a eu aucun cas d'homicide involontaire de quelque sorte que ce soit qui pourrait concerner Jigme Gyatso
b. Sa personnalité tout entière est contre la violence. Il est impensable qu'il puisse faire du mal à quiconque.
c. A plusieurs reprises, l'avis a été exprimé que l'activisme politique et social de Jigme Gyatso (cf. : son implication dans les travaux de secours après le tremblement de terre au Tibet oriental en 2010) est peut-être la vraie raison de l'arrestation et des déclarations virulentes à la suite de sa disparition / fuite du PSB.

3. Une série d'appels téléphoniques a été menée auprès du Bureau de la Sécurité publique (PSB) de Gansu. L'analyse des enregistrements des appels téléphoniques montre que les fonctionnaires du PSB sont gênés par rapport à leurs accusations initiales et ne montrent aucun signe d’assurance au sujet de la raison de leur campagne de recherche. Les demandes répétées de rappel des accusations sont suivies soit d'un silence complet (Vidéo: https://www.facebook.com/photo.php?v=384667598286240) ou de déclarations évasives telles que l’affirmation de ne pas être en mesure de bien entendre ou de ne pas comprendre l’autre personne (vidéo: https://www.facebook.com/photo.php?v=10151152729405423)

Propositions de lettres à envoyer par voie postale aux autorités :

En anglais:
Dear ……….. (President, Governor)

I am writing to you to voice my concerns regarding the disappearance of Golog Jigme, also known as Jigme Gyatso (Jinmei Jiacuo, 晋美加措) 43 year-old, a monk of Labrang monastery, a Tibetan filmmaker and social activist.
After assisting with the documentary “Leaving fear behind”, he was arrested by Chinese authorities on at least three occasions. Since this time he was under strict police surveillance.
On 28 November 2012, the Public Security Bureau of Gansu Province issued an arrest warrant against him for murder charges, announcing 2, 00,000 Yuan cash reward for the informers.
I am gravely concerned about the safety of Golog Jigme, as his whereabouts and fate remain unknown.
I request that you immediately reveal any information you have regarding the kind of crime of which Golog Jigme is accused. This accusation appears to me completely arbitrary. I demand that his case is suspended until a full and independent inquiry is held. The results must be made public.
Given the urgency of the situation, I call on you to assure that, if he is tried, Golog Jigme has access to legal assistance of his choice and be brought before an impartial, independent, competent and fair tribunal.

Yours sincerely,
Nom, Prénom, Adresse, Signature

En français:
Monsieur le ……… (Président, Gouverneur)

Je vous écris pour vous exprimer mes préoccupations au sujet de la disparition de Golog Jigme, également connu sous le nom de Jigme Gyatso (Jinmei Jiacuo, 美加 ) 43 ans, moine du monastère de Labrang, cinéaste tibétain et acteur social.
Après avoir été assistant pour le documentaire "Leaving Fear Behind", il a été arrêté par les autorités chinoises au moins à trois reprises. Depuis il était sous surveillance policière stricte.
Le 28 novembre, le Bureau de la Sécurité publique de la Province du Gansu a émis un mandat d'arrêt contre lui pour des accusations de meurtre, en annonçant 200 000 yuans de récompense pour les informateurs.
Je suis gravement préoccupé (e) par la sécurité de Golog Jigme, alors que sa situation et son sort demeurent inconnus.
Je vous demande de révéler immédiatement toute information que vous possédez concernant le genre de crime dont Golog Jigme est accusé. Cette accusation me paraît tout à fait arbitraire. Je demande que l'affaire soit suspendue jusqu'à ce qu'une enquête approfondie et indépendante soit faite. Les résultats doivent être rendus publics.
Compte tenu de l'urgence de la situation, je vous invite à veiller à ce que, au cas où il serait jugé, Golog Jigme ait accès à l'assistance juridique de son choix et soit amené devant un tribunal impartial, indépendant, compétent et équitable.
Cordialement,
Nom, Prénom, Adresse, Signature

Quelques propositions d’autorités auxquelles envoyer vos courriers :
(0,95 euro pour un courrier de moins de 20 grammes depuis la France métropolitaine à destination de la Chine)

Monsieur le Président de la Cour Populaire Suprême de la République Populaire de Chine
(President of the Supreme People’s Court of the People’s Republic of China)
Mr. ZHOU Qiang
Zuigao Renmin Fayuan
27 Dongjiaomin Xiang
Dongcheng District
Beijinshi 100745
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur le Gouverneur de la Province du Gansu (Governor of Gansu Province)
 Mr. LIU Weiping
Gansusheng Renmin Zhengfu
1 Zhongyang Guangchang
Chengguanqu
Lanzhoushi 730030
Gansusheng
People’s Republic of China (République Populaire de Chine)

Copies de vos courriers peuvent être envoyées à :

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine (ou Ambassadeur de Chine dans votre pays)
Mr. KONG Quan
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris

Monsieur Laurent Fabius (ou Ministre des Affaires Etrangères de votre pays)
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75007 Paris

Au cas où vous recevriez une réponse à vos courriers, merci de me le faire savoir à l’adresse : moniquedorizon@hotmail.com
Merci pour cette action en faveur de Golog Jigme.
Monique Dorizon

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…

Tsegon Gyal

Tsegon Gyal   (次贡杰, 次贡塔)

Tsegon Gyal est né le 12 août 1963 dans une famille de nomades du village de Yakmo, en Amdo, province chinoise du Qinghai.
Tout d’abord, pendant plusieurs années, il a été instituteur dans un village de l’Amdo.
Puis, ayant réussi un examen de journalisme, il a travaillé pour un journal spécialisé dans les affaires juridiques et administratives, « Qinghai Legal Daily » mais aussi pour le « Qinghai Tibetan News ».
En 1989 (date approximative), il a été arrêté et détenu pendant un mois pour avoir parlé de l’expansion de la littérature tibétaine et du déclin de l’éducation tibétaine lors d’une conférence publique. Cela l’a empêché de travailler en tant que journaliste et ses écrits ont été censurés.
Cependant, il a pu se présenter à un concours d’entrée dans une école de police et, après ses études, a été employé comme policier.
Ensuite, il a été arrêté par le PSB à son domicile le 7 mai 1993. Il a été jugé en même temps que ses amis Lukhar Sham (Lukhar Jam ou Lupe…