Accéder au contenu principal

Lobsang Dhargye a été libéré puis de nouveau arrêté en mai 2016




LIBRE



Depuis le 16 mars dernier, le monastère de Kirti au Sichuan, connaît une répression des plus brutales, menée par les autorités chinoises.
Ce jour-là, Phuntsok, jeune moine de ce monastère, s’est immolé par le feu.
Il voulait ainsi protester contre la répression exercée par les autorités chinoises sur le peuple tibétain, particulièrement depuis les grandes manifestations du printemps 2008. Alors que le feu dévorait Phuntsok, la police est intervenue pour éteindre les flammes et le battre violemment. Des témoins sont venus le protéger et l’emmener au monastère, puis à l’hôpital.
Phuntsok est décédé le lendemain matin.
A la suite du décès de Phuntsok, la réaction des autorités et de la police a été particulièrement brutale. Le monastère de Kirti a été l’objet de mesures visant à apporter « ordre et stabilité » dans la région et à remettre les moines dans le « droit chemin »
Le monastère de Kirti a été mis sous haute surveillance, les chambres des moines fouillées.
Les fonctionnaires y mènent actuellement une politique de « rééducation patriotique » rebaptisée « éducation légale » » sur « les lois et règlements du pays ainsi que la discipline et les commandements religieux » Au cours de celle-ci il est demandé aux moines - entre autres choses - de renier le Dalaï Lama.
Des moines s’opposant aux fonctionnaires, qui demandent loyauté à la « mère patrie », sont arrêtés pour « possession d’un esprit pollué ou endoctriné » *

C’est dans ce contexte que Lobsang Dhargye 洛桑达杰(音) a été arrêté puis condamné à 3 ans de prison.

Lobsang Dhargye (ch : Luosang Dajie), 31 ans, a été condamné le 2 mai 2011 par la Cour Populaire intermédiaire du Comté de Ngaba (ch : Aba) au Sichuan.
Très tôt, alors qu’il était enfant, il est devenu moine puis, en 2000, est parti à Lhassa afin d’y étudier la philosophie bouddhiste au monastère de Drepung.
Au cours des événements tibétains du printemps 2008, les caméras de surveillance l’ont repéré entrain de manifester.
Il a été arrêté puis détenu dans différents lieux de la région de Lhassa. Il a ensuite été libéré sous condition et renvoyé dans le Comté de Ngaba, d’où il est originaire. Il a réintégré le monastère de Kirti.
Il a été très étroitement surveillé.
Le 11 avril 2011, lors d’une descente de la police au monastère de Kirti, il a été arrêté dans sa chambre et emmené.
« Le crime pour lequel il a été condamné est que, pendant des séances de « religion patriotique », il a exprimé ce qu’il pensait devant les fonctionnaires et les soldats » rapporte un habitant de Ngaba.
Aujourd’hui, les charges exactes portées contre lui et son lieu de détention ne sont pas connus.

Proposition de lettre en français :

Monsieur (ou Madame) le …… (Titre de la personne : ex : Ministre …)

Je vous écris pour exprimer ma profonde inquiétude au sujet de l'emprisonnement actuel de Lobsang Dhargye (Luosang Dajie) 洛桑达杰(音)
Lobsang Dhargye est un moine tibétain de 31 ans du monastère de Kirti dans la province du Sichuan.
En 2000, il est allé à Lhassa pour étudier la philosophie bouddhiste. En 2008, il a participé à une manifestation organisée par des moines du monastère de Drepung. Sa participation à la manifestation lui a valu 5 mois derrière les barreaux dans différents centres de détention, après quoi il a été renvoyé dans sa province natale de Ngaba et on lui a dit de rester dans la région jusqu'à nouvel ordre.
Le 11 avril de cette année, les forces de la police militaire sont venues dans son dortoir au monastère de Kirti et l’ont arrêté sans préavis.
Le 2 mai, il a été condamné à 3 ans de prison par le Tribunal populaire intermédiaire du Comté de Ngaba (Aba).
Je demande que vous révéliez immédiatement et publiquement tout renseignement concernant le traitement de Lobsang Dhargye,l’endroit où il se trouve et les détails de toute accusation légale portée contre lui. J'aimerais avoir votre assurance qu'il n'est pas soumis à la torture ni à d’autres mauvais traitements, qu'il lui est accordé le droit de recevoir des visites régulières des membres de sa famille et qu'il reçoit un traitement médical si nécessaire.
En l'absence de charges juridiques valides compatibles avec le droit international, je vous demande respectueusement d’œuvrer à sa libération de prison immédiate et inconditionnelle.
Je demande instamment à la Chine de s'acquitter de ses obligations en vertu de l'Article 18 du Pacte International sur les droits civils et politiques et de l’Article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'homme afin de garantir la liberté de pensée, de conscience et de religion.
J'attends votre réponse à mes préoccupations et des nouvelles de Lobsang Dhargye.

Veuillez agréer mes meilleures salutations,

Vos nom, prénom, adresse et signature


Proposition de lettre en anglais :

Dear … (Titre de la personne : ex : Minister …)

I am writing to express my deep concern regarding the current imprisonment of Lobsang Dhargye (Luosang Dajie) 洛桑达杰(音)
Lobsang Dhargye is a 31- year- old Tibetan monk from Kirti monastery in Sichuan Province.
In 2000 he went to Lhasa to study Buddhist philosophy. In 2008 he took part in a demonstration organized by monks from Drepung monastery. His participation in the protest landed him 5 months behind bars in different detention centres, after which he was sent back to his native Ngaba province and told to stay in the area until further notice.
On April 11 this year, military police forces came to his dormitory in Kirti monastery and arrested him without prior notice.
On May 2, he was sentenced by the Intermediate People's Court of the County of Ngaba (Aba) to 3 years in prison.
I request that you immediately and publicly reveal any information concerning treatment of Lobsang Dhargye, his whereabouts and the details of any legal charge brought against him. I would like to receive your assurance that it is not subjected to torture or other ill-treatment, that he is granted the right to regular visits by family members and that he is given any medical treatment if necessary.
In the absence of valid legal charges consistent with international law, I respectfully call upon you to facilitate his immediate and unconditional release from prison.
I urge China to fulfil its obligations under Article 18 of the International Covenant on Civil and political rights and Article 18 of the Universal Declaration of human rights to ensure the freedom of thought, conscience and religion.
I look forward to your response to my concerns and news from Lobsang Dhargye.

Yours respectfully,

Vos nom, prénom, adresse et signature

0,95 euro pour un envoi de moins de 20 grammes à partir de la France

Adresses des autorités auxquelles vous pouvez envoyer vos courriers :

Madame le Ministre de la Justice (Minister of Justice)
Mrs. Wu Aiying,
Buzhang Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Fax: +86 10 8313 9051
Fax: +86 10 6529 2345
minister@legalinfo.gov.cn
pfmaster@legalinfo.gov.cn

Monsieur le Ministre de la Sécurité Publique de la République Populaire de Chine (Minister of Public Security of the People’s Republic of China)
Mr. Meng Jianzhu
Buzhang Gong’anbu
14 Dong Chang’anjie
Dongchengqu
Beijingshi 100741
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur le Directeur du Département provincial de la justice du Sichuan
(Director of the Sichuan Provincial Department of Justice)
Sifating,
24 Shangxiznglu,
Chengdushi 610015,
Sichuansheng,
République Populaire de Chine (People's Republic of China)
Fax: +86 28 435 6784 / 435 6789

Avec copies de ces courriers à :

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine (ou Ambassade de Chine de votre pays)
Monsieur Kong Quan
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris
chinaemb_fr@mfa.gov.cn (adresse souvent bloquée)
Fax : 01 47 20 24 22

Monsieur le Ministre français des Affaires étrangères
Monsieur Laurent Fabius
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris
France
http://www.diplomatie.gouv.fr/courrier/
(Puis rubrique : « Réactions à l’actualité internationale »)

En cas de réponse de l’une ou l’autre de ces autorités, merci de me la transmettre.
Monique Dorizon
moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Karma Tsewang (Khenpo Kartse) a été libéré

Libéré le 4 juin 2016
Karma Tsewang 
(Khenpo Kartse)

尕玛才旺, 堪布嘎次
est un moine de haut rang (Khenpo) très respecté du monastère de Jhapa (Gongya) Comté de Nangchen,Préfecture de Kyegudo, région tibétaine du Kham, Province du Qinghai. Il a été arrêté dans la nuit du 6 décembre 2013, à Chengdu, capitale de la Province du Sichuan, par des agents de la sécurité publique travaillant pour la Préfecture de Chamdo (Changdu), Région autonome du Tibet. Ce moine de 38 ans était très activement engagé dans le travail social et promouvait l’identité nationale et culturelle tibétaine. Depuis un certain temps, il était surveillé par les fonctionnaires locaux. Il s’était notamment investi dans l’enseignement du tibétain auprès des jeunes et avait participé activement à l’aide humanitaire apportée aux victimes du tremblement de terre en avril 2010 à Kyegudo. Il avait même interviewé des témoins de cette catastrophe et réalisé un film, qui fut ensuite interdit par les autorités. Selon des sources locales, …

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…