Accéder au contenu principal

Tagyal, "Shogdung" libéré sous caution



Tagyal, 47 ans, de son nom de plume « Shogdung » (Conque du matin) est un écrivain très connu au Tibet. Cet érudit, fonctionnaire travaillant pour la Maison de Publication des Nationalités à Xining, capitale de la Province du Qinghai a été arrêté le 23 avril 2010 pour « incitation au séparatisme » Les raisons exactes de son arrestation ne sont pas connues.
Il a longtemps été considéré par de nombreux Tibétains comme proche du parti communiste chinois puisqu’à ses yeux, les traditions tibétaines étaient préjudiciables aux efforts des Tibétains pour moderniser la culture.
Mais les manifestations du printemps 2008, l’ont fait changer de position. Cette dissidence ainsi que la solidarité qui s’y est exprimée lui semblent être les signes d’un nouveau réveil pour le peuple tibétain et une redécouverte de sa fierté identitaire.
Récemment, Tagyal a publié un livre intitulé « La limite entre le Ciel et la Terre » (sa gnam go byed en tibétain) qui décrit le Tibet à la suite des mouvements de 2008 comme un « lieu de terreur »
Trois jours après le tremblement de terre qui a touché le Qinghai le 14 avril 2010, Tagyal a tenté d’aller dans le Comté de Yushu, afin d’apporter son aide, mais on le lui a interdit.
Avec 7 autres intellectuels et artistes, il a signé une lettre ouverte rédigée le 17 avril 2010. La lettre exprimait des condoléances aux victimes du tremblement de terre mais critiquait aussi la manière avec laquelle le gouvernement chinois avait organisé l’aide. Cette lettre incitait les Tibétains à aider les victimes du tremblement de terre en donnant de la nourriture, des vêtements et des médicaments, mais les mettait en garde sur la corruption possible des réseaux officiels mis en place par le gouvernement.
Le 23 avril, 5 ou 6 fonctionnaires de la police du Commissariat de Xining, l’ont arrêté sur son lieu de travail, à Xining. Il a été libéré tard dans la soirée. Vers 10 heures du soir, le même jour, les fonctionnaires sont venus chez lui et ont confisqué deux ordinateurs et quelques documents. Le lendemain, la police est de nouveau venue, cette fois pour emmener Tagyal. Le surlendemain, sa famille a été prévenue qu’il était détenu pour suspicion d’« incitation au séparatisme »
Le 28 mai 2010, vers 18h, il a été officiellement arrêté dans une lettre donnée par la police de Xining à la femme et à une de ses filles. Cette lettre précise que Tagyal est accusé de « scission de la Patrie. Il a vraisemblablement été enfermé au Centre n°1 de Xining, aussi appelé Centre de détention de Ershilipu.

Le 14 octobre 2010 sa libération sous caution a été connue.

Proposition de lettres en français ou en anglais :

Cher Monsieur,

Je vous écris afin d’exprimer ma sérieuse inquiétude au sujet de l’emprisonnement de l’écrivain tibétain Tagyal (nom de plume Shogdung – zhogs-dung) Il a été officiellement arrêté le 28 mai 2010. Il a été accusé de « scission de la Patrie » Il est maintenu au Centre de détention N° 1 à Xining, Province du Qinghai.
J’ai la conviction que l’accusation portée contre Tagyal est en violation de son droit à la liberté d’expression garantie par l’Article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques dont la Chine est signataire, ainsi que de la propre Constitution de la Chine.
C’est pourquoi, avec respect, je vous invite à garantir que Tagyal ne soit pas torturé ou autrement maltraité pendant sa détention, qu’il puisse accéder à l’aide juridique de son choix et à faciliter sa libération immédiate et inconditionnelle.
Je vous remercie pour l’attention que vous porterez à cette question urgente.

Je vous prie d’agréer mes meilleures salutations.

Nom
Prénom
Adresse


Dear … (Nom du destinataire)

I am writing to express my serious concern regarding the imprisonment of Tibetan writer Tagyal (penname Shogdung – zhogs-dung)
Tagyal was formally arrested on May 28, 2010. He was charged of “splitting the motherland” He is held in N°1 detention Centre in Xining, Province of Qinghai.
I believe the charge against Tagyal to be in violation of his right to freedom of expression as guaranteed by Article 19 of the International Covenant on Civil and Political Rights to which China is a signatory, as well as China’s own constitution.
I therefore respectfully urge you to guarantee that Tagyal will not be tortured or otherwise ill-treated while he remains in custody, to allow him access to legal assistance of his choosing and facilitate his immediate and unconditional release.
Thank you for your attention to this urgent matter.
Yours faithfully,

Nom
Prénom,
Adresse

Proposition d’adresses d’envoi des courriers :

Directeur du département de la Sécurité publique de la Province du Qinghai (Director of the Qinghai Provincial Department of Public Security)
HE Zaigui Tingzhang
Qinghaisheng Gong'anting
1001 Fang, 10 Ceng
Gong’antingdalou
Xiningshi 810000
Qinghaisheng
République Populaire de Chine (People's Republic of China)

Directeur du Département de la justice du Qinghai (Director of the Qinghai Provincial Department of Justice)
Wu Faxiang Tingzhang
Qinghaisheng Sifating
11 Nanshanlu
Chengzhong district
Xiningshi 810000
Qinghaisheng
République Populaire de Chine (People's Republic of China)

Copies des courriers à :

Monsieur le Directeur (Director of the N°1 Detention Centre)
Xiningshi Diyi Kanshousuo
73 Ningzhanglu
Ershilipu Paichusuo
Xiningshi Gonganju 810003
Chengbei Fenju
Qinghaisheng
République Populaire de Chine (People's Republic of China)

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine
Kong Quan
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris
chinaemb_fr@mfa.gov.cn
Fax : 01 47 20 24 22
(ou l’Ambassadeur de Chine dans votre pays)

Monsieur Laurent Fabius  (ou le Ministre des Affaires Etrangères de votre pays)
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris
https://pastel.diplomatie.gouv.fr/bacou/default.asp?code=actu
(Rubrique : « Réactions à l’actualité internationale »)

Au cas où des réponses à vos courriers vous parvenaient, merci de me les transmettre à cette adresse :
Monique Dorizon
13 rue Charles Maréchal
78300 Poissy France
moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Karma Tsewang (Khenpo Kartse) a été libéré

Libéré le 4 juin 2016
Karma Tsewang 
(Khenpo Kartse)

尕玛才旺, 堪布嘎次
est un moine de haut rang (Khenpo) très respecté du monastère de Jhapa (Gongya) Comté de Nangchen,Préfecture de Kyegudo, région tibétaine du Kham, Province du Qinghai. Il a été arrêté dans la nuit du 6 décembre 2013, à Chengdu, capitale de la Province du Sichuan, par des agents de la sécurité publique travaillant pour la Préfecture de Chamdo (Changdu), Région autonome du Tibet. Ce moine de 38 ans était très activement engagé dans le travail social et promouvait l’identité nationale et culturelle tibétaine. Depuis un certain temps, il était surveillé par les fonctionnaires locaux. Il s’était notamment investi dans l’enseignement du tibétain auprès des jeunes et avait participé activement à l’aide humanitaire apportée aux victimes du tremblement de terre en avril 2010 à Kyegudo. Il avait même interviewé des témoins de cette catastrophe et réalisé un film, qui fut ensuite interdit par les autorités. Selon des sources locales, …

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…