Accéder au contenu principal

Tenchoe est décédé à la suite de ses tortures


Tenchoe est décédé le 5 décembre 2014 à la suite des tortures subies

Tenchoe, aussi appelé Tenzin Choedrak, était âgé d’environ 23 ans au moment de son arrestation, peu de temps après le 10 mars 2008, à Lhassa.
Les membres du PSB (Bureau de la Sécurité Publique) l’accusent d’avoir participé à l’une des manifestations qui se sont multipliées à Lhassa en mars 2008. Vraisemblablement, il s’agirait de celle du 10 mars.
La police affirme avoir en sa possession des photos de cette manifestation sur lesquelles apparaît Tenchoe.
Mis en détention provisoire jusqu’en avril 2008, il a été essentiellement questionné sur les activités politiques de son père. Celui-ci a du quitter le Tibet pour se réfugier à Dharamsala en 1993.
En septembre (ou octobre) 2008, Tenchoe a été condamné à 15 ans de prison, peine à laquelle est venue s’ajouter une amende de 10 000 Yuans (environ 1000 euros)
Tenchoe est actuellement incarcéré à la prison de Chushul près de Lhassa.
Ce jeune homme est né à Lhassa. Au début des années 90, il a poursuivi ses études à Dharamsala en Inde.
En 2005, rentré au Tibet, il s’est impliqué dans des œuvres sociales, notamment dans une ONG européenne associée à la Croix Rouge. Il s’est investi dans des projets de protection gouvernementale.


Proposition de courrier à adresser aux autorités chinoises :

Monsieur (Madame) le …………………………………(Titre de l’autorité)

Je vous écris afin de vous exprimer ma grande inquiétude au sujet de la condamnation et l’emprisonnement de Tenchoe ou Tenzin Choedrak, jeune Tibétain emprisonné uniquement pour avoir exercé son droit à s’exprimer et à manifester.
Tenchoe, âgé d’environ 23 ans, est né à Lhassa. Il travaillait pour une ONG et était impliqué dans des projets de protection de l’environnement dans de nombreux endroits, notamment à Lhassa et Shigatse.
Tenchoe a été mis en détention par le Bureau de la Sécurité Publique de la ville de Lhassa quelques jours après la manifestation pacifique du 10 mars 2008, alors que la police disait avoir des photos de Tenchoe participant à la manifestation.
A l’automne 2008, Tenchoe fut mis en prison pour 15 ans.
Je vous demande instamment de concourir à son inconditionnelle et immédiate libération de prison.
J’aimerais attirer votre attention sur les articles 33 et 35 de la Constitution de la République Populaire de Chine.
L’article 33 déclare que « l’Etat respecte et protége les droits de l’homme »
L’article 35 assure que « Les citoyens de la République populaire de Chine disposent de la liberté de parole, de presse, de réunion, d'association, de défilé et de manifestation »
J’attends votre réponse.

Je vous prie d’agréer, Monsieur (Madame) mes sincères salutations.

Nom, Prénom
Adresse

Proposition de courrier en anglais à adresser aux autorités :


Dear ………………………………………. (Titre de l’autorité)
I am writing you to express my great worries about the sentencing and imprisonment of Mr. Tenchoe (Tenzin Choedrak), a young Tibetan who has been imprisoned solely for exercising his right to freedom of expression and demonstration.
Mr. Tenchoe, aged around 23, was born in Lhasa. He worked for an European NGO and was involved in environmental protection projects in many areas, particularly in Lhasa and Shigatse.
Tenchoe was detained by Lhasa city’s Public Security Bureau days after the peaceful protest on March 10 2008, as police said they have pictures of Tenchoe taking part in the protest.
In autumn 2008, Tenchoe was sentenced to 15 years in jail.
I urge you to bring about his immediate and unconditional release from prison.
I would like to draw your attention to articles 33 and 35 of the Constitution of the People’s Republic of China.
Article 33 states that “The State respects and preserves human rights”
Article 35 provides that “Citizens of the People’s Republic of China enjoy free of speech, of the press, of assembly, of association, of procession and of demonstration”

I look forward to your response.
Yours sincerely

Nom, Prénom

Adresse


Quelques adresses d’autorités chinoises concernées :

Madame la Ministre de la Justice (Minister of Justice)
Mrs. Wu Aiying,
Buzhang Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)
Tel: +86 10 8313 9065
Tel: +86 10 6520 6706
Fax: +86 10 8313 9051
Fax: +86 10 6529 2345
minister@legalinfo.gov.cn
pfmaster@legalinfo.gov.cn

Monsieur le Ministre de la Sécurité Publique (Minister of Public Security)
Mr. Meng Jianzhu
Buzhang Gong’anbu
14 Dongchang’anjie
Dongchengqu
Beijingshi 100741
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)
Fax: +86 10 63099216

Monsieur le Président du Gouvernement Populaire de la Région Autonome du Tibet
(Chairman of the Tibet Autonomous Regional People’s Government)
Jampa Phuntsok (Qianbga Puncong) Zhuren
Xizang Zizhiqu Renmin Zhengfu
1 Kang'angdonglu
Lasashi 850 000 Xizang Zizhiqu
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)
Tel: +86 89 1633 2067

Monsieur le Directeur de la prison de Qushui (Chushul)(Governor of Qushui prison)
Qushui Jian Yu
Xizang Lasa Shi 850600
République Populaire de Chine (People's Republic of China)

(0, 95 euro pour affranchissement d’une lettre de moins de 20 grammes à partir de la France à destination de la Chine)

Merci d’envoyer une copie de votre courrier à :

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine
Kong Quan
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris
chinaemb_fr@mfa.gov.cn
Fax : 01 47 20 24 22
(ou l’Ambassadeur de Chine dans votre pays)

Monsieur Laurent Fabius  (ou le Ministre des Affaires Etrangères de votre pays)
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris
https://pastel.diplomatie.gouv.fr/bacou/default.asp?code=actu
(Rubrique : « Réactions à l’actualité internationale »)

Bien amicalement,
Monique Dorizon
13 Rue Charles Maréchal 78300 Poissy

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…

Tsegon Gyal

Tsegon Gyal   (次贡杰, 次贡塔)

Tsegon Gyal est né le 12 août 1963 dans une famille de nomades du village de Yakmo, en Amdo, province chinoise du Qinghai.
Tout d’abord, pendant plusieurs années, il a été instituteur dans un village de l’Amdo.
Puis, ayant réussi un examen de journalisme, il a travaillé pour un journal spécialisé dans les affaires juridiques et administratives, « Qinghai Legal Daily » mais aussi pour le « Qinghai Tibetan News ».
En 1989 (date approximative), il a été arrêté et détenu pendant un mois pour avoir parlé de l’expansion de la littérature tibétaine et du déclin de l’éducation tibétaine lors d’une conférence publique. Cela l’a empêché de travailler en tant que journaliste et ses écrits ont été censurés.
Cependant, il a pu se présenter à un concours d’entrée dans une école de police et, après ses études, a été employé comme policier.
Ensuite, il a été arrêté par le PSB à son domicile le 7 mai 1993. Il a été jugé en même temps que ses amis Lukhar Sham (Lukhar Jam ou Lupe…