Accéder au contenu principal

Panjol Norbu



























Paljor Norbu imprimeur tibétain traditionnel a été emmené de chez lui, à Lhassa, par la Police Populaire Armée (PAP) le 31 octobre 2008.
Descendant d’une longue lignée familiale d’imprimeurs et d’éditeurs de textes bouddhistes pour les monastères, Paljor Norbu est internationalement connu.
En plus des textes religieux, la boutique imprime depuis des générations des drapeaux de prières, des reproductions populaires, des livres, des tracts et de la littérature traditionnelle.
Paljor Norbu, 81 ans, est suspecté d’avoir imprimé du « matériel interdit » y compris le drapeau tibétain. Il a été jugé en secret en novembre et condamné à 7 ans de prison.
Bien que les autorités n’aient pas rendu publiques les détails du verdict, la nature des accusations portées contre Paljor Norbu et la durée de la peine, laissent à penser qu’il a été jugé pour « incitation au séparatisme » (article 103 de la Loi Pénale)
Paljor Norbu n’a pas pu bénéficier des droits minimums qui doivent être respectés dans les procédures pénales chinoises.
Parmi les violations de ces droits, se trouvent notamment l’absence de notification à sa famille de son arrestation formelle ou de la date du procès, le refus de rendre public le lieu de détention,ainsi que l’absence de représentation de la défense de son choix au tribunal.

Propositions de lettres en français ou en anglais :

Monsieur,

Le 31 octobre 2008, à Lhassa, Panjol Norbu ( ch : Panjue Ruobu, 班觉诺布) a été emmené de chez lui par la police.
Suspecté d’avoir imprimé du « matériel interdit » dont le drapeau tibétain, cet imprimeur, connu dans le monde entier, a été détenu puis jugé en secret en novembre 2008 et condamné à 7 ans de prison.
Les accusations et l’actuel lieu de détention ne sont pas connus.
Cet homme de 81 ans n’a pas pu bénéficier des droits minimums qui devraient être donnés dans les procédures pénales chinoises. Entre autre, l’absence d’autorisation d’une représentation de la défense de son choix au tribunal.
Je vous serais reconnaissant (e) de bien vouloir préciser les charges portées contre Panjol Norbu et de prendre toutes mesures nécessaires pour sa libération immédiate et inconditionnelle.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, mes meilleures salutations.

Nom, Prénom
Adresse
Signature


Sir,

On October 31, 2008, in Lhasa, Panjol Norbu ( ch : Panjue Ruobu, 班觉诺布) was taken from his home by the police.
On suspicion that he had printed “prohibited material” among which the Tibetan flag, this worldwide known printer was detained, then in November 2008 secretly tried and sentenced to seven years in prison.
Charges and current place of detention are not known.
This 81-years-old man was not granted the minimal rights that are supposed to be provided under Chinese criminal procedures. Among them the failure to allow him defence representation of his choice in court.
Could you please clearly mention the charges against Panjol Norbu and take all necessary measures for his immediate and unconditional release.
Yours faithfully,

Nom, Prénom
Adresse
Signature


Proposition d’adresses auxquelles envoyer vos courriers :

(1,25 euro pour affranchissement d’une lettre de moins de 20 grammes à partir de la France à destination de la Chine)

Monsieur le Président de la République Populaire de Chine
(President of the People’s Republic of China)
The State Council General Office
2 Fuyoujie Xichengqu
Beijingshi 100017
République Populaire de Chine (People’s Republic of China

Monsieur le Président du Gouvernement Populaire de la Région Autonome du Tibet
(Chairman of the Tibet Autonomous Regional People’s Government)
Jampa Phuntsok (Qianbga Puncong) Zhuren
Xizang Zizhiqu Renmin Zhengfu
1 Kang'angdonglu
Lasashi 850 000 Xizang Zizhiqu
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur le Président de la Haute Cour Populaire de la Région Autonome du Tibet (President of the Tibet Autonomous Regional High People’s Court)
Xizang Zizhiqu Gaoji Renmin Fayuan
Lhasahi
Xizang Zizhiqu
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Copies de vos courriers à adresser à :

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris
chinaemb_fr@mfa.gov.cn
Fax : 01 47 20 24 22
(ou l’Ambassadeur de Chine dans votre pays)

Mr Jean-Marc Ayrault  (ou le Ministre des Affaires Etrangères de votre pays)
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris
http://www.diplomatie.gouv.fr/courrier/
(Puis rubrique : « Réactions à l’actualité internationale »)

Merci de transmettre les copies des réponses des autorités à :

Monique Dorizon
13 rue Charles Maréchal
78300 Poissy France
moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…

Tsegon Gyal

Tsegon Gyal   (次贡杰, 次贡塔)

Tsegon Gyal est né le 12 août 1963 dans une famille de nomades du village de Yakmo, en Amdo, province chinoise du Qinghai.
Tout d’abord, pendant plusieurs années, il a été instituteur dans un village de l’Amdo.
Puis, ayant réussi un examen de journalisme, il a travaillé pour un journal spécialisé dans les affaires juridiques et administratives, « Qinghai Legal Daily » mais aussi pour le « Qinghai Tibetan News ».
En 1989 (date approximative), il a été arrêté et détenu pendant un mois pour avoir parlé de l’expansion de la littérature tibétaine et du déclin de l’éducation tibétaine lors d’une conférence publique. Cela l’a empêché de travailler en tant que journaliste et ses écrits ont été censurés.
Cependant, il a pu se présenter à un concours d’entrée dans une école de police et, après ses études, a été employé comme policier.
Ensuite, il a été arrêté par le PSB à son domicile le 7 mai 1993. Il a été jugé en même temps que ses amis Lukhar Sham (Lukhar Jam ou Lupe…