Accéder au contenu principal

Ronggye A'drak a été libéré le 31 juillet 2015
















Ronggye A'drak a été libéré le 31 juillet 2015

La tension entre les autorités chinoises et la population tibétaine de la région de Lithang (Province du Sichuan à l’est du Tibet) s’est particulièrement amplifiée.
A l’origine, vraisemblablement, une pétition, présentée par les autorités chinoises, dans laquelle les signataires s’opposent au retour du Dalaï lama au Tibet. Ce texte a circulé dans différents monastères de la région et notamment dans celui de Lithang.Ceci était connu de la population locale.
Le 1er juillet dernier, à Lithang, la célébration officielle de l'anniversaire de la Police Populaire Armée (PLA) coïncidait avec le Festival annuel de courses hippiques, très apprécié des Tibétains. La foule était venue nombreuse, certainement plusieurs milliers de personnes.
Vers 10h (11h ?) du matin, juste avant le début des festivités officielles, Ronggye A’drak, est monté sur la scène, il s’est alors emparé du micro et a crié des slogans tels que: « Le Dalaï lama doit revenir au Tibet »
La foule, constituée essentiellement de nomades, a crié et applaudi. « Libérez le Panchen Lama » « Le Tibet veut l’indépendance » a encore crié Ronggye A’drak. Il aurait aussi réclamé la libération de Tenzin Delek Rinpoché (cf. Tibet Lib d’avril 2003 janvier et novembre 2004) et des autres prisonniers politiques. Son acte pourrait être une réplique à la campagne de pétitions menée contre le Dalaï lama.
La police est alors intervenue pour l’arrêter. En nombre, les habitants du village d’origine de Ronggye A’drak se sont interposés, demandant sa libération pour le même jour, à 14h. Il leur a été répondu par les autorités qu’en souhaitant le retour du Dalaï lama, Ronggye A’drak avait commis un « délit ».
Le 3 août, la déclaration officielle chinoise qualifiait celui-ci d’« « incitation à la séparation des nationalités »
Le 27 août, le Centre d’information pour les Droits de l’Homme et la Démocratie basé à Hong Kong, a annoncé qu’il avait été accusé d’« incitation à la subversion contre le pouvoir de l’Etat »Le gouvernement central de Pékin a qualifié les tensions entre Tibétains venus réclamer la libération de Ronggye A drak d’« incident politique majeur » et a demandé à des centaines de gouvernements et dirigeants du Parti Communiste locaux d’organiser des meetings pour le condamner et de faire respecter plus strictement la loi.
Le 8 août, un groupe de Tibétains réunis devant les bureaux officiels pour demander la libération de Ronggye A'drak a été dispersé violemment par la police à l’aide de grenades lacrymogènes et de matraques.
Depuis la région de Lithang a été mise sous très haute surveillance policière.
(Photos visibles sur le site : http://www.savetibet.org/news/newsitem.php?id=1160)
Le jugement de Ronggye A'drak a eu lieu le 29 octobre 2007.
Accusé d’« incitation à la division du pays afin de saper l’unité du pays » et d’« interruption intempestive de l’ordre public », il a comparu devant la Cour Populaire Intermédiaire de Kardze.
Ronggye A’drak a été condamné à 8 ans de prison et 4 ans de privation de ses droits politiques.

Quelques nouvelles sont parvenues au début du mois d'août 2013 par l'intermédiaire de son neveu, Adruk Tseten, membre du Gouvernement tibétaine en exil, s'exprimant auprès de Radio Free Asia.

Ronggye A’drak  est en mauvaise santé et continue de souffrir de fréquents tabassages pour avoir, en public, appelé à la libération du Tibet du gouvernement chinois et au retour du Dalaï Lama.
« A chaque fois qu’il se produit un incident lié à la liberté du Tibet, il lui est reproché d’être l’allumette qui a mis le feu et il est torturé à coups de bâtons », rapporte son neveu Adruk Tseten, membre du Parlement tibétain en exil.
« Il souffre maintenant de maux de dos et d’une vision amoindrie », dit Adruk Tseten.
« Bien sûr, il est extrêmement difficile de connaître les détails exacts de sa situation à cause des limites imposées autour de lui par la sécurité, » poursuit-il.
« La famille et les proches de Ronggye A’drak subissent gênes et harcèlements. Des proches qui ont terminé leurs études dans les universités chinoises ne peuvent accéder à de bons emplois solides, » dit-il.
« D’autres proches, élus par la communauté locale à des poste à responsabilité ont été empêchés de faire ce que les gens voulaient, et souvent ils sont exclus de certains événements dans la région de Lithang. »
« Ils sont aussi harcelés lorsqu’on les suit de lieu en lieu, » poursuit-il.

Source : Radio Free Asia 2 août 2013


Proposition de lettre (en français ou en anglais) à envoyer aux autorités chinoises:

Monsieur le ……………….

Ronggye A’drak, nomade tibétain, âgé de 52 ans,originaire du village de Youru, Comté de Lithang, Préfecture de Kardze, Province du Sichuan, a été arrêté pour avoir manifesté pacifiquement le 1er août 2007 à Lithang.
Devant la foule réunie à l’occasion du Festival de courses de chevaux, il a souhaité ouvertement le retour au Tibet du Dalaï lama.
Il a ainsi utilisé sa liberté d’expression reconnue par la Constitution de la République Populaire de Chine dans son Article 35.
Accusé d’« incitation à la division du pays afin de saper l’unité du pays » et d’« interruption intempestive de l’ordre public », il a été condamné à 8 ans de prison par la Cour Populaire Intermédiaire de Kardze et privation de ses droits politiques pendant 4 ans.
Je vous demande instamment la libération immédiate et inconditionnelle de Ronggye A’drak ainsi que de tous les prisonniers politiques détenus au Tibet.
Espérant que ma requête sera entendue, je vous prie d’agréer l’expression de ma considération.

Nom
Adresse
Signature

Traduction de cette lettre en anglais :

Dear..........

Ronggye A’drak, a 52 years old Tibetan nomad from Youru village, Lithang County, Kardze Prefecture, Sichuan Province, was arrested on 1st August 2007 in Lithang County, Prefecture of Kardze, Province of Sichuan, for holding a peaceful demonstration in Lithang. In front of the crowd gathered to watch the horse racing festival, he openly called for the return of the Dalaï lama to Tibet.
He was simply using his basic human right to the freedom of expression as recognised by Article 35 of the constitution of the People’s Republic of China. He was sentenced to eights years of imprisonment and deprivation of political rights for four years by the Kardze Intermediate People’s Court on charges of "inciting to split the country to undermine the country unity" and "severely disrupting the public order"
I call upon you to release Ronggye A’drak immediately and unconditionally, along with all political prisoners being held in Tibet.

Thank you in advance for your attention to this matter

Yours sincerely
Nom
Adresse
Signature

Proposition d’adresses d’envoi des courriers en Chine:

Madame le Ministre de la Justice (Minister of Justice)
Ms.WU Aijing
Buzhang
Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyang Qu
Beijingshi 100 020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)
minister@legalinfo.gov.cnmailto:minister@legalinfo.gov.cnpfmaster@legalinfo.gov.cn
Fax : + 86 10 6520 5236 ou + 86 10 6529 2345

Monsieur le Chef du Gouvernement Populaire du Sichuan (Governor of People’s Government of Sichuan)
Mr. WEI Hong
Sichuanshen Renmin Zhengfu,
30 Duyuanjie
Chengdushi-610016,
Sichuansheng,
République Populaire de Chine (People's Republic of China)

Monsieur le Secrétaire du Comité provincial du Parti Communiste du Sichuan (Secretary of CPC Sichuan Committee)
Mr.WANG Dongming
Sichuan Provincial General Office. No.30
Duyuanjie, Chengdushi 610016
Sichuansheng
République Populaire de Chine (People's Republic of China)

Affranchissement pour la Chine: 0,98 euro pour un envoi de moins de 20 grammes à partir de la France

Copies de vos courriers peuvent être envoyées en France à :

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine
Mr. ZHAI Zun
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris
chinaemb_fr@mfa.gov.cn
Fax : 01 47 20 24 22

Monsieur Laurent Fabius
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris
http://www.diplomatie.gouv.fr/courrier/
(Puis rubrique : « Réactions à l’actualité internationale »)

Merci de me transmettre les copies des éventuelles réponses des autorités chinoises ou françaises.

Monique Dorizon
13 rue Charles Maréchal
78300 Poissy France
moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Karma Tsewang (Khenpo Kartse) a été libéré

Libéré le 4 juin 2016
Karma Tsewang 
(Khenpo Kartse)

尕玛才旺, 堪布嘎次
est un moine de haut rang (Khenpo) très respecté du monastère de Jhapa (Gongya) Comté de Nangchen,Préfecture de Kyegudo, région tibétaine du Kham, Province du Qinghai. Il a été arrêté dans la nuit du 6 décembre 2013, à Chengdu, capitale de la Province du Sichuan, par des agents de la sécurité publique travaillant pour la Préfecture de Chamdo (Changdu), Région autonome du Tibet. Ce moine de 38 ans était très activement engagé dans le travail social et promouvait l’identité nationale et culturelle tibétaine. Depuis un certain temps, il était surveillé par les fonctionnaires locaux. Il s’était notamment investi dans l’enseignement du tibétain auprès des jeunes et avait participé activement à l’aide humanitaire apportée aux victimes du tremblement de terre en avril 2010 à Kyegudo. Il avait même interviewé des témoins de cette catastrophe et réalisé un film, qui fut ensuite interdit par les autorités. Selon des sources locales, …

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…