Accéder au contenu principal

Jigme Gyatso est libre


JIGME GYATSO A ETE LIBERE LE 30 MARS 2013

Jigme Gyatso (晋美加措) 45 ans environ lors de son arrestation, ancien moine, accusé par la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa d’être le chef d’un mouvement indépendantiste « contre révolutionnaire » a été condamné le 23 novembre 1996 par cette même Cour à 15 ans de prison. A maintes reprises torturé, blessé, il a cependant eu le courage de crier des slogans favorables au Dalaï lama. Sa peine en a été allongée de 3 ans en 2004.
En septembre 2004, le cas de Jigme Gyatso fut évoqué auprès des autorités chinoises par le Groupe de Travail des Nations Unies sur les détentions arbitraires. Il fut reconnu par le Groupe de Travail que son emprisonnement relevait de la détention arbitraire violant les articles 19 et 20 de la Déclaration Universelle des droits de l’Homme car « Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques »
En novembre 2005, lors de sa visite en Chine et au Tibet, le Rapporteur spécial des Nations Unies, Manfred Nowak a demandé à rencontrer Jigme Gyatso dans la nouvelle prison de Chushur, à l’ouest de Lhassa. Jigme Gyatso s’est plaint auprès de lui des conditions de détention dans cette prison.
A la suite de cette entrevue, Manfred Nowak mentionne dans le rapport de voyage publié en mars 2006 :
« Puisqu’il (Jigme Gyatso) a été accusé de crime politique, probablement sur la base d’informations obtenues sous la torture, le Rapporteur Spécial appelle le gouvernement (chinois) à le libérer »
Depuis la visite du Rapporteur des Nations Unies, Jigme Gyatso a été maltraité et placé en cellule d’isolement dans des conditions particulièrement strictes. Il aurait été hospitalisé au début de l’année 2006 pendant plusieurs semaines et ne serait plus capable de marcher, étant blessé à une jambe (Sources : International Campaign for Tibet 2 décembre 2006)
De nouveau au début de l'année 2009, il a subi une intervention à l'hôpital de la prison de Drapchi)
En décembre 2010, une information reçue par l’Administration centrale tibétaine rapporte que Jigme Gyatso est dans un état de santé très critique, du fait des tortures qui lui ont été infligées, y compris à la suite de son transfert à la prison de Chushul. Ses jours seraient en danger (Source : central Tibetan Administration 30 décembre 2010)
D’autres informations signalent que Jigme Gyatso est actuellement isolé des autres prisonniers politiques mais aussi que ces derniers mois, par trois fois les visites de sa famille lui ont été refusées. Par contre, une visite a été accordée ce mois-ci (décembre 2010)

Voici donc l’action que Tibet Lib vous propose en faveur de Jigme Gyatso :

Proposition de lettres à adresser aux autorités :
(0.95 euro pour un envoi de moins de 20 grammes)

Madame, Monsieur,

En novembre 1996, Jigme Gyatso (晋美加措) (Dhondup Tsering ou Deng Ci Ren) ancien moine tibétain du monastère de Ganden, a été condamné par la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa à 15 ans de prison pour avoir été le chef d’un mouvement indépendantiste « contre révolutionnaire »
Torturé à de nombreuses reprises, il a cependant montré son attachement au Dalaï lama. Ceci lui a valu un allongement de la peine initiale.
Après sa rencontre avec le Rapporteur Spécial des Nations Unies, Monsieur Manfred Nowak, Jigme Gyatso a été l’objet d’une mise en isolement et de conditions sévères de détention à la prison de Chushur (Qushui) Il serait en cellule d’isolement et sa condition physique serait très inquiétante.
Reprenant les injonctions répétées des différents membres des Nations Unies envers le gouvernement chinois en faveur de Jigme Gyatso, je vous demande sa libération immédiate et inconditionnelle et que liberté lui soit donnée de pouvoir accéder aux soins médicaux nécessités par son état de santé.
Veuillez croire, Madame, Monsieur, à l’expression de ma considération.

NOM
Prénom
Adresse
Signature



Proposition de traduction de cette lettre en anglais :


Dear Sir or Madam
In November 1996, Jigme Gyatso (晋美加措)(Dhondup Tsering or Deng Ci Ren), a former monk at the Ganden Monastery, was sentenced by the People’s Intermediate Court of Lhassa to 15 years imprisonment for being the head of a “counter-revolutionary” independence movement. Despite being tortured on numerous occasions, he maintained his devotion to the Dalai Lama. For this, his initial sentence was extended.
After his meeting with the Special Rapporteur of the United Nations, Mr Manfred Nowak, Jigme Gyatso was put into solitary confinement under severe conditions in the Chushur (Qushui) prison. It seems that he is still in solitary confinement and his physical condition is cause for serious concern.
Taking up the repeated appeals by various members of the United Nations to the Chinese government in favour of Jigme Gyatso, I call upon you to release him immediately and unconditionally and that his release allows him access to the medical attention that his deteriorating health requires.
Yours faithfully


Nom
Prénom
Adresse
Signature

Adresses d'autorités chinoises auxquelles envoyer vos lettres :

Monsieur le Premier Ministre de la République Populaire de Chine (Premiere of the People’s Republic of China)
Mr Wen Jiabao
The State Council
9 Xihuangcheng Genbeijie
Beijingshi 100 032
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)
Fax : +86 10 65292345 (via le ministère des Communications)
gazette@mail.gov.cn,

Madame le Ministre de la Justice de la République Populaire de Chine (Minister of Justice of the People’s Republic of China)
Mme Wu Aiying
Sifabu
10 Chaoyangmen Nadajie, Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)
Fax : +86 10 6529 2345
minister@legalinfo.gov.cn

Monsieur le Président de la Haute Cour Populaire de la Région Autonome du Tibet (President of the Tibet Autonomous Regional High People’s Court)
Nyima Zhamdui Yuanzhang
Xizang Zizhiqu Gaoji Renmin Fayuan
Lhasahi
Xizang Zizhiqu
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Affranchissement pour la Chine : 0,87 euro à partir de la France

Propositions d’adresses d’envoi des copies de vos courriers :

Monsieur l’Ambassadeur
Mr Kong Quan
Ambassade de Chine
11 Avenue George V
75008 Paris France
chinaemb_fr@mfa.gov.cn
Fax : 01 47 20 24 22

Monsieur Laurent Fabius
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris France
http://www.diplomatie.gouv.fr/courrier/

Haut Commissariat aux droits de l’Homme
Nations Unies
1211 Genève 10
Suisse
Fax : + 41 229 179011
ngochr@ohchr.org

Au cas où des réponses de l’une ou de l’autre de ces autorités vous parviendraient, merci de me le faire savoir.

Monique Dorizon
13 Rue Charles Maréchal
78300 Poissy France
moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Karma Tsewang (Khenpo Kartse) a été libéré

Libéré le 4 juin 2016
Karma Tsewang 
(Khenpo Kartse)

尕玛才旺, 堪布嘎次
est un moine de haut rang (Khenpo) très respecté du monastère de Jhapa (Gongya) Comté de Nangchen,Préfecture de Kyegudo, région tibétaine du Kham, Province du Qinghai. Il a été arrêté dans la nuit du 6 décembre 2013, à Chengdu, capitale de la Province du Sichuan, par des agents de la sécurité publique travaillant pour la Préfecture de Chamdo (Changdu), Région autonome du Tibet. Ce moine de 38 ans était très activement engagé dans le travail social et promouvait l’identité nationale et culturelle tibétaine. Depuis un certain temps, il était surveillé par les fonctionnaires locaux. Il s’était notamment investi dans l’enseignement du tibétain auprès des jeunes et avait participé activement à l’aide humanitaire apportée aux victimes du tremblement de terre en avril 2010 à Kyegudo. Il avait même interviewé des témoins de cette catastrophe et réalisé un film, qui fut ensuite interdit par les autorités. Selon des sources locales, …

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…