Accéder au contenu principal

Cinq moines de Drepung ont été libérés

Les 5 moines ont été libérés

La République Populaire de Chine a repris la campagne d’ « éducation patriotique » dans les institutions monastiques. Celle-ci s’effectue avec une intensité accrue à - et autour de - Lhassa. Des expulsions de moines ont eu lieu.
Depuis la première semaine du mois d’octobre 2005, des « équipes de travail » formées de fonctionnaires dirigent la campagne au monastère de Drepung à Lhassa.
Le 23 novembre 2005, les moines durent signer un document dénonçant le Dalaï Lama comme « séparatiste » et promettre leur loyauté au gouvernement en acceptant le « Tibet, partie de la Chine »
Les moines signifièrent leur refus de la directive officielle et ne voulurent pas signer. Parmi les moines, cinq d’entre eux montrèrent des réactions particulièrement fortes contre le document et les fonctionnaires. Ils furent immédiatement expulsés du monastère et emmenés au Centre de Détention du PSB de leur région d’origine.
Il s’agit de :
Ngawang Namdrol du township de Tsotod, Comté de Phenpo Lhundrup, municipalité de Lhassa, Région Autonome du Tibet.
Ngawang Nyingpo du township de Kartse Comté de Phenpo Lhundrup, municipalité de Lhassa, Région Autonome du Tibet.
Ngawang Thupten (ch : Shogbu Metok) du Centre de Lhassa.
Khenpo Ngawang Phelgey du Comté de Rinpung Préfecture de Shigatse, région Autonome du Tibet.
Phuntsok Thupwang du Comté de Gongkar, préfecture de Lhoka, Région Autonome du Tibet
A la suite des arrestations de ces 5 moines, le 25 novembre 2005, plus de 400 moines s’assirent dans la cour du monastère de Drepung, un des plus grands centres religieux du Tibet, pour une manifestation de solidarité silencieuse. Ils réclamèrent la libération des 5 moines, et en cas de refus, demandèrent à être tous expulsés du monastère.
Cette manifestation est certainement la plus importante depuis 10 ans.
De peur que la manifestation ne devienne ingérable, le gouvernement de la Région autonome du Tibet envoya un important contingent de soldats de l’Armée. La Police Populaire Armée et le PSB arrivèrent au monastère et dispersèrent la manifestation.
Les moines qui avaient résisté ont été sévèrement battus.
A la suite de ces événements, de sévères restrictions ont été mises en place dans le monastère. Pendant plusieurs jours, personne n’a pu entrer ou sortir des lieux.
Les officiers maintiennent une stricte surveillance du monastère et des activités des moines.
La répression contre la manifestation pacifique des moines de Drepung a eu lieu quelques jours après que le Président Hu Jintao a donné des assurances au Président Bush sur l’amélioration des droits humains.
Malgré les fortes critiques de la communauté internationale, la répression religieuse sous la forme d’ « éducation patriotique » dans les monastères continue au Tibet.

Tibet Lib vous propose d’intervenir pour ces cinq moines en rédigeant un courrier adressé aux autorités chinoises et françaises.

Modèle de courrier (à modifier à votre convenance)

Monsieur le …………..,

Le 23 novembre 2005, Ngawang Namdrol, Ngawang Nyingpo, Ngawang Thupten (ch : Shogbu Metok) Khenpo Ngawang Phelgey, Phuntsok Thupwang, moines du Monastère de Drepung à Lhassa ont été emmenés dans des Centres de détention du PSB. Ceci s’est déroulé à la suite d’une manifestation non-violente des moines de ce monastère contre les exigences de la campagne d’« éducation patriotique »
La Chine a cependant signé la Déclaration Universelle des droits de l’Homme ainsi que Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) qui garantissent la liberté de pensée, de conscience et de religion.
Je vous prie donc de bien vouloir faire en sorte que la Chine respecte ses engagements internationaux en libérant ces cinq moines immédiatement et inconditionnellement et en leur permettant de retourner dans leur monastère.
Veuillez agréer, Monsieur le ……………………….. mes salutations distinguées.

Nom, adresse et signature


Traduction de cette lettre en anglais :

Dear Sir,

On November 23th 2005, Ngawang Namdrol, Ngawang Nyingpo, Ngawang Thupten (ch : Shogbu Metok) Khenpo Ngawang Phelgey, Phuntsok Thupwang, monks of Drepung monastery in Lhasa were handed over to the PSB Detention centers. This followed a non violent protest of the monks of this monastery against the demands of the "patriotic education" campaign.
However, China has signed the Universal Declaration of Human Rights and the International Pact on Civil and Political Rights which guarantee freedom of thought, conscience and religion.
I request you to make it possible for China to respect its international engagements by freeing these five monks immediately and inconditionnaly and by allowing them to come back to their monastery.

Yours faithfully,

Nom, adresse et signature

Destinataires (à modifier à votre convenance)

Monsieur le Secrétaire du Parti Communiste de la Région Autonome du Tibet
Zhang Qingli
1 Kang’angdonglu
Lasashi 850 000
Xizang Zizhiqu
République Populaire de Chine

Monsieur le Président du Gouvernement Populaire de la Région Autonome du Tibet
Jampa Phuntsok (Qianbga Puncong)
Xizang Zizhiqu Renmin Zhengfu
1 Kang'angdonglu
Lasashi 850 000
Xizang Zizhiqu
République Populaire de Chine

Madame la Ministre de la Justice
Wu Aiying
Sifaju
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine


(Affranchissement pour la Chine : 0.95 euro pour un envoi de moins de 20 grammes à partir de la France ou enveloppes internationales moins onéreuses en vente dans les bureaux de poste )

Merci d’adresser copies de vos courriers à :

Monsieur Laurent Fabius
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75007 Paris
(ou le Ministre des Affaires Etrangères de votre pays)

Monsieur l’Ambassadeur
Mr Kong Quan
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris
(ou l’Ambassade de Chine dans votre pays)

Merci de me signaler les éventuelles réponses des autorités.

Monique Dorizon
13, rue Charles Maréchal
78300 Poissy France
moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…

Tsegon Gyal

Tsegon Gyal   (次贡杰, 次贡塔)

Tsegon Gyal est né le 12 août 1963 dans une famille de nomades du village de Yakmo, en Amdo, province chinoise du Qinghai.
Tout d’abord, pendant plusieurs années, il a été instituteur dans un village de l’Amdo.
Puis, ayant réussi un examen de journalisme, il a travaillé pour un journal spécialisé dans les affaires juridiques et administratives, « Qinghai Legal Daily » mais aussi pour le « Qinghai Tibetan News ».
En 1989 (date approximative), il a été arrêté et détenu pendant un mois pour avoir parlé de l’expansion de la littérature tibétaine et du déclin de l’éducation tibétaine lors d’une conférence publique. Cela l’a empêché de travailler en tant que journaliste et ses écrits ont été censurés.
Cependant, il a pu se présenter à un concours d’entrée dans une école de police et, après ses études, a été employé comme policier.
Ensuite, il a été arrêté par le PSB à son domicile le 7 mai 1993. Il a été jugé en même temps que ses amis Lukhar Sham (Lukhar Jam ou Lupe…