Accéder au contenu principal

Shokjang (Druklo)















Le 19 mars 2015, la police de Rebkhong (Tongren), Préfecture de Malho (Huangnan), Province du Qinghai, Amdo tibétain, a arrêté Shokjang, 31 ans, écrivain et blogueur tibétain très connu. 

Shokjang est le nom de plume de Druklo (雪合江), âgé de 31 ans, originaire de Gengya, Comté de Sangchu, Province du Gansu, Amdo tibétain.
Précédemment, alors qu’il était étudiant à l’Université des minorités à Lanzhou, Province du Gansu, et dernièrement, il a écrit plusieurs articles sur la situation du Tibet, notamment l'utilisation et l'abus de la loi et de la sécurité.

Le 16 avril 2010, 16 fonctionnaires du PSB (Bureau de la Sécurité Publique) local, avaient investi la résidence universitaire de l’Université des minorités de Lanzhou et fouillé les chambres des étudiants. Ils avaient confisqué les téléphones portables, les ordinateurs et les livres.
Shokjang et son ami Teurang (Tashi Rabten)
avaient été arrêtés pour avoir écrit au sujet des manifestations tibétaines de 2008 et les réponses violentes apportées par les forces gouvernementales.
Shokjang était aussi coéditeur avec Tashi Rabten du magazine « Shar Dungri » (« Montagne de neige orientale ») depuis interdit.
Les charges contre eux portaient sur leurs activités dites « séparatistes » et d’incitation à la division. Ils ont été accusés d’avoir mené une manifestation étudiante et d’avoir eu des contacts avec des écrivains à l’extérieur du pays.
Le 8 mai 2010, après un mois de détention, Shokjang avait  finalement été libéré du Centre de détention de Lanzhou. Cependant, il avait été mis sous surveillance renforcée pour une période de 10 ans. Il lui avait été interdit de se réinscrire à l’Université des Nationalités de Lanzhou et n’avait pas pu passer ses examens terminaux.
Son ami Teurang avait été condamné et avait purgé une peine de quatre ans dans un Centre de détention au Sichuan.

Dans un contexte de forte sécurité policière dans les jours qui ont précédé le 10 mars 2015,  Shokjang avait dénoncé sur son blog les constantes et impressionnantes patrouilles circulant dans les rues, armées jusqu’aux dents, prêtes à tirer.

Le 17 février 2016, Shokjang a été condamné à 3 ans de prison et deux ans de suspension de ses droits politiques par la Cour populaire intermédiaire de Rebkong (Tongren), Préfecture de Malho, Province du Qinghai, presqu’un an après son arrestation le 19 mars 2015.
Sa famille a pu assister au procès. Mais on ne sait pas si elle a été autorisée à engager un avocat pour le défendre.
Les charges portées contre lui sont d’avoir organisé une émeute séparatiste en 2008, contacté secrètement des groupes séparatistes en exil et écris un certain nombre d’articles au "détriment de la sécurité  et des liens de la société".

A l’annonce du verdict, il a crié qu’il ferait de nouveau appel.

Teurang (Tashi Rabten) écrit : « Mon ami, où que tu sois, je sais que tu es toujours vivant. Quelque soit la situation à laquelle tu dois faire face, je sais que tu ne cesseras pas de dire ce que tu penses. Je sais que tu es un de ceux qui prient sincèrement pour la liberté. »

Le 24 février 2016, Shokjang a rédigé une lettre ouverte destinée à la Haute Cour populaire du Qinghai, faisant appel de sa condamnation.

 Proposition de lettre en anglais

Dear …….. (Titre de la personne, Minister, President, Director selon le cas),
I am very deeply disturbed to learn that Druklo (雪合江), also known as Shokjang, 31, a renowned Tibetan writer, has been arrested on March 19, 2015 in Rebkhong (Tongren), Province of Qinghai.
On 17 February 2016 he was sentenced to 3 years in jail. 
I believe the detention of Shokjang to be in violation of his right to freedom of expression. I  respectfully urge you to drop all charges and facilitate his immediate and unconditional release.
I would like you to seek information on his current whereabouts and assurance that he is in good health and not subject to any form of harassment or torture while in detention.
I thank you for your willingness to listen my concerns.
Yours sincerely,
Nom, Prénom, Adresse, Signature

Cette même lettre en français 

Monsieur le …. (Président ou Directeur selon le cas),
Ou
Madame la Ministre,
Je suis très profondément troublé(e) d'apprendre que Druklo (雪合江), aussi connu sous le nom de Shokjang, 31 ans, écrivain tibétain de renom, a été arrêté le 19 mars 2015 à Rebkong (Tongren), Province du Qinghai.
Le 17 février, il a été condamné à 3 ans de prison.
Je crois que la détention de Shokjang est faite en violation de son droit à la liberté d'expression. Respectueusement, je vous invite donc à abandonner toutes les charges et faciliter sa libération immédiate et inconditionnelle.
J’aimerais que vous recherchiez des informations sur le lieu actuel où il se trouve et donniez l'assurance qu'il est en bonne santé et non soumis en détention à aucune forme de harcèlement ou de torture.
Je vous remercie pour votre attention à mes préoccupations.
Cordialement,

Nom, Prénom, Adresse, Signature

Proposition d’adresses d’envoi  de vos courriers:

Madame la Ministre de la Justice (Minister of Justice)
Ms. WU Aiying
Buzhang Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Directeur du Département de la justice du Qinghai (Director of the Qinghai Provincial Department of Justice)
Mr. WANG Shengde
Qinghaisheng Sifating
11 Nanshanlu
Chengzhong district
Xiningshi 810000
Qinghaisheng
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Président du Gouvernement populaire du Qinghai (Chairman of the Standing Committee of the Qinghai Provincial People's Congress)
Mr. LUO Huining
Secretary of the CPC Qinghai Provincial Committee
Offices 12, Xi Dajie
Xiningshi 810000
Qinghaisheng
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine (ou Ambassadeur de la RPC dans votre pays)
Monsieur Zhaï Zun
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris

Monsieur le Ministre des Affaires étrangères (ou Ministre des Affaires étrangères de votre pays)
Monsieur Jean-Marc Ayrault
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris

L’affranchissement d'une lettre de moins de 20 grammes vers la Chine est de 1, 25 euro.
Chaque lettre envoyée est un réel soutien aux prisonniers. Merci.

Monique Dorizon

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Karma Tsewang (Khenpo Kartse) a été libéré

Libéré le 4 juin 2016
Karma Tsewang 
(Khenpo Kartse)

尕玛才旺, 堪布嘎次
est un moine de haut rang (Khenpo) très respecté du monastère de Jhapa (Gongya) Comté de Nangchen,Préfecture de Kyegudo, région tibétaine du Kham, Province du Qinghai. Il a été arrêté dans la nuit du 6 décembre 2013, à Chengdu, capitale de la Province du Sichuan, par des agents de la sécurité publique travaillant pour la Préfecture de Chamdo (Changdu), Région autonome du Tibet. Ce moine de 38 ans était très activement engagé dans le travail social et promouvait l’identité nationale et culturelle tibétaine. Depuis un certain temps, il était surveillé par les fonctionnaires locaux. Il s’était notamment investi dans l’enseignement du tibétain auprès des jeunes et avait participé activement à l’aide humanitaire apportée aux victimes du tremblement de terre en avril 2010 à Kyegudo. Il avait même interviewé des témoins de cette catastrophe et réalisé un film, qui fut ensuite interdit par les autorités. Selon des sources locales, …

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…