Accéder au contenu principal

Yonten Gyatso



















Yonten Gyatso (ch :Yundeng Jiacuo 云登加措) était âgé de 37 ans au moment de son arrestation. Ce moine a tenu différents postes à responsabilité au monastère de Khashi Gyephel Samtenling situé dans le Canton de Ngaba (en chinois : Aba), Kham tibétain, Province chinoise du Sichuan.
Yonten Gyatso a été arrêté le 18 octobre 2011 dans son monastère. Après son arrestation soudaine, Yonten Gyatso a été remis aux officiers locaux du Bureau des Secrets d’Etat de la ville de Chengdu.
Au centre de détention du quartier de Bhugang (ou dans un centre de détention non officiel, appelé aussi « prison noire ») de la ville de Chengdu, Yonten Gyatso a été battu et torturé par des agents du Bureau local des Secrets d’Etat. Les sévices et les tortures subis en détention étaient si graves qu'il a, à plusieurs reprises, envisagé  de se suicider pour y échapper.
Pendant 6 mois, les proches et la famille n’ont rien su de ce qu’il était advenu de lui, ni où se trouvait son lieu de détention.
Le 18 juin 2012, Yonten Gyatso a été jugé par la Cour populaire intermédiaire de la Préfecture de Ngaba et condamné à 7 ans de prison pour avoir transmis à l’étranger des photos de la nonne Tenzin Wangmo après son immolation, le 17 octobre 2011, ainsi que des informations relatives à cette immolation.
Ce n’est que le 21 août que sa famille et le réseau Reporters sans frontières, auquel il contribuait, l’ont appris.

D’autres charges sont portées contre lui, notamment d’avoir « depuis 2008, partagé de l’information sur des événements politiques survenus au Tibet, en tentant de téléphoner à des organismes des Nations-Unies. »
Yonten Gyatso aurait envoyé des informations au Conseil des droits de l’Homme des Nations-Unies sur la situation politique au Tibet depuis les manifestations de 2008.
Selon les lois chinoises, divulguer des « secrets d’Etat » (L’Etat chinois ne définit pas ce qu’est un « secret d’Etat ».Toute information dérangeante ou à caractère politique est susceptible d’être considérée comme un « secret d’Etat ») est considéré comme un crime en vertu de l’Article 32 de la Loi sur les secrets d’Etat.
Yonten Gyatso purge sa peine dans la prison de Mianyang dans la Province du Sichuan.

Yonten Gyatso était un éducateur de premier plan, un défenseur des droits de l’Homme et un leader communautaire à Ngaba.
A la tête de la « Société d’Education de Khashi », il avait l'habitude de mener des campagnes afin d’enseigner la religion, la langue, la culture et les traditions tibétaines. Lors de ses interventions auprès de la population locale et des étudiants, il mettait l’accent sur la promotion et la préservation de l'unité entre les Tibétains et reprenait souvent des passages des enseignements et discours du Dalaï Lama. 

 Proposition de lettre en anglais à adresser aux différentes autorités:

Dear ……….. ( Minister, Director …)

I am writing to you today to draw your attention to the sentencing of Yonten Gyatso (Yundeng Jiacuo, 云登加措), who is currently serving 7 years in prison for sending information about the political situation in Tibet since 2008, and sharing photos about the self-immolation of the nun Tenzin Wangmo in October 2011.
This 37-year-old monk of Khashi Gyephel Samtenling monastery in Ngaba (Aba) was arrested on 18 October 2011. He was held incommunicado and taken away to Chengdu in Sichuan by intelligence officials in collaboration with army officials in Ngaba.
He was kept in a jail in Bungyang and severely tortured.
Yet, China is a State party to the UN Convention against Torture and Other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment.
On 18 June 2012, Yonten Gyatso was sentenced to 7 years in prison by the Ngaba Intermediate People’s Court
On the evidence that Yonten Gyatso has endured severe beating and torture during his imprisonment, I am deeply concerned for his safety and health.
I urge you to investigate the reports of abuse against Yonten Gyatso and bring those responsible to justice.
Yonten Gyatso has been imprisoned solely for exercising his right to freedom of expression and his rights to seek, receive and impart information.
I believe Yonten Gyatso has been imprisoned in violation of Article 19 of the United Nation Universal Declaration of Human Rights and the International Covenant on Civil and Political Rights to which China is a signatory, which guarantee freedom of expression, and I therefore urge you to make every effort to release him.
I await your response to my concerns and news of his release.
Yours sincerely,

 Vos nom, prénom, signature et adresse

Cette même proposition de lettre en français :

Monsieur (ou Madame) ………. (Ministre, Directeur …)

Je vous écris aujourd'hui pour attirer votre attention sur la condamnation de Yonten Gyatso (Yundeng Jiacuo, 登加 ), qui purge actuellement une peine de 7 ans en prison pour avoir envoyé des informations sur la situation politique au Tibet depuis 2008, et partagé des photos de l'auto-immolation de la nonne Tenzin Wangmo en octobre 2011.
Ce moine de 37 ans du monastère de Khashi Gyephel Samtenling à Ngaba (Aba) a été arrêté le 18 octobre 2011. Il a été détenu au secret et emmené à Chengdu, dans le Sichuan, par les responsables du renseignement en collaboration avec les responsables de l'armée de Ngaba.
Il a été maintenu dans une prison de Bungyang et sévèrement torturé.
Pourtant, la Chine est un État partie prenante de la Convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.
Le 18 juin 2012, Yonten Gyatso a été condamné à 7 ans de prison par le Tribunal populaire intermédiaire de Ngaba.
En se basant sur les preuves que Yonten Gyatso a subi des coups violents et la torture durant sa détention, je suis profondément inquiet (ète) pour sa sécurité et sa santé.
Je vous invite à étudier les rapports d'abus perpétrés à l’encontre de Yonten Gyatso et traduire les responsables en justice.
Yonten Gyatso a été incarcéré uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d'expression et ses droits de chercher, recevoir et répandre des informations.
Je crois que Yonten Gyatso a été emprisonné en violation de l'Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, dont la Chine est signataire, qui garantissent la liberté d'expression, et je vous demande donc instamment de tout faire pour le libérer.
J’attends votre réponse à mes préoccupations et des nouvelles de sa libération.
Cordialement,

Vos nom, prénom, signature et adresse

Quelques propositions d ’autorités auxquelles adresser vos courriers :
(1,25 euro pour un courrier de moins de 20 grammes depuis la France métropolitaine à destination de la Chine )

Madame la Ministre de la Justice (Minister of Justice of the People’s Republic of China)
Ms. WU Aiying Buzhang
Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur le Secrétaire du Comité provincial Parti Communiste du Sichuan (Secretary of CPC Sichuan Committee)
Mr.WANG Dongming
Sichuan Provincial General Office. No.30
Duyuanjie, Chengdushi 610016
Sichuansheng

République Populaire de Chine (People's Republic of China)

Monsieur le Directeur de la Haute Cour Populaire Provinciale du Sichuan (Director of the Sichuan Provincial Higher People’s Court)

Mr. LIU Yushun Yuanzhang
Sichuansheng Gaoji Renmin Fayuan
108 Zhengfujie
Qinyangqu
Chengdushi 610017
Sichuansheng
République Populaire de Chine (People's Republic of China)

Une copie de vos courriers peut être envoyée à ces autorités:

Monsieur le Directeur de la prison de Mianyang (Xinkang) (Governor of Mianyang (Xinkang) prison)
Mianyang Prison (Xinkang Prison)
Wujia Town
269 South Yuzhong Road
Mianyang 621000  
Préfecture de Mianyang
Province du Sichuan
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine (ou Ambassadeur de Chine dans votre pays)
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris

Monsieur Laurent Fabius (ou Ministre des Affaires Etrangères de votre pays)
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75007 Paris

Madame la Haut Commissaire aux droits de l’Homme
Mme Navanethem Pillay
Bureau de la Haut Commissaire aux droits de l’Homme
Palais des Nations
CH-1211 Geneva 10
Suisse

Rapporteur spécial des Nations-Unies pour la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression
Mr. Frank La Rue
Palais des Nations
8-14 Avenue de la Paix
CH-1211 Geneva 10
Suisse

Au cas où l’une de ces autorités répondrait à votre courrier, il est important de me le faire savoir à l’adresse : moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Karma Tsewang (Khenpo Kartse) a été libéré

Libéré le 4 juin 2016
Karma Tsewang 
(Khenpo Kartse)

尕玛才旺, 堪布嘎次
est un moine de haut rang (Khenpo) très respecté du monastère de Jhapa (Gongya) Comté de Nangchen,Préfecture de Kyegudo, région tibétaine du Kham, Province du Qinghai. Il a été arrêté dans la nuit du 6 décembre 2013, à Chengdu, capitale de la Province du Sichuan, par des agents de la sécurité publique travaillant pour la Préfecture de Chamdo (Changdu), Région autonome du Tibet. Ce moine de 38 ans était très activement engagé dans le travail social et promouvait l’identité nationale et culturelle tibétaine. Depuis un certain temps, il était surveillé par les fonctionnaires locaux. Il s’était notamment investi dans l’enseignement du tibétain auprès des jeunes et avait participé activement à l’aide humanitaire apportée aux victimes du tremblement de terre en avril 2010 à Kyegudo. Il avait même interviewé des témoins de cette catastrophe et réalisé un film, qui fut ensuite interdit par les autorités. Selon des sources locales, …

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…