Accéder au contenu principal

Samdup Gyatso a été libéré puis de nouveau arrêté en septembre 2015




















Samdup Gyatso (ch : Sangzhu Jiacuo 桑珠加措) était âgé de 28 ans au moment de son arrestation.
Il fut pendant 4 ans moine au monastère de Jabdrung Gartok, puis est allé en Inde en novembre 2007 pour étudier.
            En mars 2008, il a passé un mois au Centre de détention de la police de Shigatse. Puis, à partir de juillet 2009, il a été détenu et emprisonné pendant 6 mois à la prison de Drapchi à Lhassa pour « avoir rapporté de l’Inde des livres contenant des enseignements du Dalaï Lama ».
Ceci est considéré comme «  activité  séparatiste » par les autorités chinoises. Libéré, il est retourné dans sa région d’origine, le Comté de Dashi (ch: Haiyan) au Qinghai.
Là, il fut de nouveau arrêté pendant 3 jours.
Une somme de 10 000 yuans (environ 1200 euros) a été payée pour qu’il soit libéré. Par contre, il ne devait pas quitter la région pendant 2 ans.
Après sa libération, il a demandé à son jeune frère résidant en Inde, de lui envoyer secrètement d’autres recueils des enseignements du Dalaï Lama, notamment sur les abattages des animaux. Il a fait distribuer ces livres et a réuni des signatures demandant la libération du Panchen Lama.
Informé de son arrestation proche, Samdup Gyatso est parti à Lhassa.
            Le 1er mai 2010, vers 15h20 (heure de Pékin), à un moment de forte affluence, Samdup Gyatso, a mené seul une manifestation devant le temple du Jokhang à Lhassa.
Pendant environ 5 minutes, il a crié : «  Invitez le Dalaï Lama au Tibet ! » « Libérez le Panchen Lama ! » avant que de nombreux fidèles le rejoignent.
On rapporte qu’il aurait aussi demandé des aides matérielles et financières pour les plus nécessiteuses des communautés nomades de Kyegudo au Sichuan (où un grave tremblement de terre a eu lieu le 14 avril 2010). Il a agité un drapeau tibétain interdit et en portait un autre sur le dos de sa chemise.
Sept policiers du Bureau de la Sécurité Publique (PSB) l’ont alors arrêté et emmené dans un véhicule de police.
Le 13 juin 2010, un des ses frères lui a rendu visite à la prison de Drapchi à Lhassa et a constaté qu’il avait été torturé et en très mauvaise santé.
En avril 2012, la famille de Samdup Gyatso a été informée par courrier qu’il avait été condamné le 14 octobre 2011 à 5 ans de prison par la Cour Populaire de Lhassa.
Les charges exactes portées contre lui ne sont pas connues.
Samdup Gyatso est actuellement emprisonné à la prison de Chushul, près de Lhassa.

Samdup Gyatso a été libéré le 1er mai 2015

Au début du mois de septembre 2015, les autorités ont remis en détention Samdup Gyatso pour avoir violé les obligations liées à sa libération en mai dernier, celles de ne pas avoir d’activités politiques, ni de sortir de son Comté.
Il a été arrêté alors qu’il voyageait à travers la Province du Qinghai. Il possédait des tracts et des documents; l’un d’entre eux était intitulé :« Réveillez-vous, les 6 millions de Tibétains ! » et « Retour du Dalaï Lama au Tibet ».
Comme tous les anciens prisonniers politiques, après sa libération Samdup Gyatso était surveillé et suivi.
On sait qu’il souffre de problèmes rénaux qui demandent des soins réguliers.

Il est actuellement enfermé au Centre de détention du Comté de Dashi à Serthang. Personne ne peut le voir ni lui rendre visite.

Propositions de courriers à adresser aux autorités :

En anglais :

Dear …. (Minister, President, Director…)
Allow me to draw your attention to the case of Samdup Gyatso (Sangzhu Jiacuo, 桑珠加措).
According to my information, on May 1, 2010, at around 3:20 PM, at the Jokhang temple in Lhasa, Tibetan Autonomous region, Samdup Gyatso, 28-year-old, was arrested by a team of policemen.
He has been tortured in prison and was found in poor health. On October 14, 2011, the Lhasa People’s Court sentenced him to 5 years in jail.
On May 1st 2015, he was released from jail
Samdup Gyatso was taken into custody again in early September when traveling in Province of Qinghai with leaflets.
He is currently held in Dashi (Haiyan) Detention Center of Serthang town in Dashi County in the Prefecture of Tsojang (Haibei), Province of Qinghai. 
He is detained without contact to the outside world.
This imprisonment of Samdup Gyatso is in opposition to Articles 35 and 33 of the Constitution of the People’s Republic of China.
He has committed no crime but exercised his right to free expression.
He should be permitted visits from his family and to receive proper medical treatment. 
I call on you to release Samdup Gyatso immediately and unconditionally.
I look forward to your response to my concerns and news of his release.
Sincerely,
Nom, prénom, adresse, signature

En français :

Monsieur (ou Madame) …. (le Ministre, le Gouverneur …)

Permettez-moi d'attirer votre attention sur  le cas de Samdup Gyatso (Sangzhu Jiacuo,    ).
Selon mes informations, le 1er mai 2010, vers 15h20, au temple du Jokhang à Lhassa, Région autonome du Tibet, Samdup Gyatso, 28ans, a été arrêté par une équipe de policiers.
Il a été torturé en prison et a été trouvé en mauvaise santé .Le 14 octobre 2011, la Cour populaire de Lhassa l'a condamné à 5 ans de prison.
Le 1er mai 2015, il a été libéré de prison
Samdup Gyatso a été placé à nouveau en détention au début de septembre 2015 lors d'un déplacement dans la Province du Qinghai, en possession de documents.
Il est actuellement détenu dans le Centre de détention de Dashi (Haiyan) dans la ville de Serthang, Comté de Dashi, Préfecture de Tsojang (Haibei), Province du Qinghai.
Il n’a aucun contact avec le monde extérieur.
L'emprisonnement de Samdup Gyatso est en contradiction avec les Articles 35 et 33 de la Constitution de la République populaire de Chine.
Il n’a commis aucun crime mais exercé son droit à la libre expression.
Les visites de sa famille doivent être autorisées et il doit recevoir un traitement médical approprié.
Je vous demande de libérer Samdup Gyatso immédiatement et inconditionnellement.
J’attends votre réponse à mes préoccupations et des nouvelles de sa libération.
Meilleures salutations,

Nom, prénom, adresse, signature

Proposition de destinataires de vos envois :

(1,25 euro pour un courrier de moins de 20 grammes depuis la France à destination de la Chine)

Madame la Ministre de la justice (Minister of Justice)
Mrs. WU Aiying,
Buzhang Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Gouverneur du gouvernement populaire provincial du Qinghai (Governor of the Qinghai Provincial People’s Government)
Mr. HAO Peng
Qinghaisheng Renmin Zhengfu
12 Xidajie
Xiningshi 810000
Qinghaisheng
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Directeur du Département de la justice du Qinghai (Director of the Qinghai Provincial Department of Justice)
Mr. WANG Shengde
Qinghaisheng Sifating
11 Nanshanlu
Chengzhong district
Xiningshi 810000
Qinghaisheng
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Une copie de vos courriers peut être envoyée à :

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine (ou Ambassadeur de Chine dans votre pays)
Monsieur Zhaï Zun
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris

Monsieur Laurent Fabius (ou Ministre des Affaires Etrangères de votre pays)
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75007 Paris


moniquedorizon@hotmail.com








Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Karma Tsewang (Khenpo Kartse) a été libéré

Libéré le 4 juin 2016
Karma Tsewang 
(Khenpo Kartse)

尕玛才旺, 堪布嘎次
est un moine de haut rang (Khenpo) très respecté du monastère de Jhapa (Gongya) Comté de Nangchen,Préfecture de Kyegudo, région tibétaine du Kham, Province du Qinghai. Il a été arrêté dans la nuit du 6 décembre 2013, à Chengdu, capitale de la Province du Sichuan, par des agents de la sécurité publique travaillant pour la Préfecture de Chamdo (Changdu), Région autonome du Tibet. Ce moine de 38 ans était très activement engagé dans le travail social et promouvait l’identité nationale et culturelle tibétaine. Depuis un certain temps, il était surveillé par les fonctionnaires locaux. Il s’était notamment investi dans l’enseignement du tibétain auprès des jeunes et avait participé activement à l’aide humanitaire apportée aux victimes du tremblement de terre en avril 2010 à Kyegudo. Il avait même interviewé des témoins de cette catastrophe et réalisé un film, qui fut ensuite interdit par les autorités. Selon des sources locales, …

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…