Accéder au contenu principal

Yeshi Choedon



















Yeshi Choedon (益西曲珍) * (ch. Yixi Quzhen) est une ancienne travailleuse sociale, âgée d’environ 50 ans, elle a été condamnée en novembre 2008, par la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa, à 15 ans de prison et 5 ans de privation de ses droits civiques.
Selon le journal officiel communiste « Lhassa Evening News », en relation avec les événements s’étant déroulés à Lhassa à partir du 14 mars 2008, payée par le Département de la Sécurité Publique du Gouvernement Tibétain en exil, Yeshi Choedon aurait transmis des « renseignements et des informations mettant en danger la sécurité de l’Etat et les intérêts nationaux chinois »
Elle a été condamnée pour « espionnage »
Son « crime » est en réalité d’avoir envoyé à l’étranger (en Inde ?) des informations sur la situation et l’évolution des événements au Tibet alors que la région était interdite aux touristes et aux journalistes étrangers.

Proposition de lettres (à personnaliser si vous le désirez):

Monsieur ou Madame ………………………………(Nom de l’autorité chinoise)

Je suis consterné(e) par l’injustice infligée par la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa le 7 novembre 2008 de par le jugement de Yeshi Choedon (益西曲珍) qui n’a rien fait d’autre qu’exercer ses droits individuels à l’expression et à l’information, tels qu’inscrits dans la Constitution de la République Populaire de Chine.
Je vous écris afin de demander la libération immédiate et inconditionnelle de Yeshi Choedon, âgée de 50 ans, condamnée à 15 ans d’emprisonnement et 5 ans de privation de ses droits politiques pour avoir envoyé des nouvelles de la situation à Lhassa, aux environs du 14 mars 2008.
Cette peine sévère est vue par le monde extérieur comme une preuve du non respect par le gouvernement chinois du droit fondamental des Tibétains de donner librement leur opinion et de s’exprimer conformément aux articles 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, tous deux signés par la Chine.
Considérant ces droits humains, je vous prie d’annuler la peine de Yeshi Choedon et de la libérer immédiatement.
Je vous prie d’agréer, Monsieur (ou Madame) mes salutations distinguées,
Nom
Prénom
Adresse

Cette même lettre en anglais :

Mr ou Mrs ………………………………..(Nom de l’autorité chinoise)

I am appalled at the injustice inflicted by the People’s Intermediate Court of Lhasa on 7thNovember 2008 in carrying out the verdict on Yeshi Choedon (益西曲珍) who has done nothing but exercised her individual rights of expression and information, as enshrined in the Constitution of the People’s Republic of China.
I am writing to call for the immediate and unconditional release of Yeshi Choedon, 50-year old, sentenced to 15 years in prison and deprivation of political rights for 5 years for sending news about the situation in Lhasa around 14th march 2008.
This harsh sentencing of Yeshi Choedon is viewed by the outside world as proof that the Chinese government does not respect the fundamental right of the Tibetan people to freely express their opinion and expression as enshrined under articles 19 of Universal Declaration of Human Rights and International Covenant on Civil and political rights, both signed by China.
In recognition of these human rights, I urge you to quash Yeshi Choedon’s sentence and release her immediately.
Yours faithfully,

Nom
Prénom
Adresse

Quelques adresses d’autorités chinoises:
(Les adresses Internet et Fax mentionnées ci-dessous s’avèrent parfois difficiles à obtenir)

Madame la Ministre de la Justice (Minister of Justice)

Mrs. Wu Aiying
Buzhang Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)
Tel: +86 10 8313 9065
Tel: +86 10 6520 6706
Fax: +86 10 8313 9051
Fax: +86 10 6529 2345
minister@legalinfo.gov.cn
pfmaster@legalinfo.gov.cn


Monsieur le Ministre de la Sécurité Publique (Minister of Public Security)
Mr. GUO Shengkun
 Buzhang  Gong’anbu
14 Dong Chang’anjie
 Dongchengqu
 Beijingshi 100741
 République Populaire de Chine (People’s Republic of China)
 Fax: +86 10 63099216
Tel: + 86 10 6528 3344
www.mps.gov.cn


Monsieur le Procureur en chef du Parquet populaire de la Région autonome du Tibet (Chief Procurator of the Tibet Autonomous Regional People's Procuratorate)
 Mr. ZHANG Peizhong
 Xizang Zizhiqu Renmin Jianchayuan
 Lasashi, 850000
Xizang Zizhiqu
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)
Fax: +86 10 63099216
Tel: + 86 10 6528 3344
www.mps.gov.cn

Affranchissement : 1,25 euro pour une lettre de moins de 20 grammes depuis la France vers la Chine

Propositions d’adresses auxquelles envoyer copies de vos courriers:

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine (ou Ambassadeur de la RPC dans votre pays)
Monsieur Zhaï Zun
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris
Fax : 01 47 20 24 22

Monsieur le Ministre des Affaires étrangères (ou Ministre des Affaires étrangères de votre pays)
Mr Jean-Marc Ayrault
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris

En cas de réponse de l’une ou l’autre de ces autorités, merci de m’en faire part.
Monique Dorizon
moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…

Tsegon Gyal

Tsegon Gyal   (次贡杰, 次贡塔)

Tsegon Gyal est né le 12 août 1963 dans une famille de nomades du village de Yakmo, en Amdo, province chinoise du Qinghai.
Tout d’abord, pendant plusieurs années, il a été instituteur dans un village de l’Amdo.
Puis, ayant réussi un examen de journalisme, il a travaillé pour un journal spécialisé dans les affaires juridiques et administratives, « Qinghai Legal Daily » mais aussi pour le « Qinghai Tibetan News ».
En 1989 (date approximative), il a été arrêté et détenu pendant un mois pour avoir parlé de l’expansion de la littérature tibétaine et du déclin de l’éducation tibétaine lors d’une conférence publique. Cela l’a empêché de travailler en tant que journaliste et ses écrits ont été censurés.
Cependant, il a pu se présenter à un concours d’entrée dans une école de police et, après ses études, a été employé comme policier.
Ensuite, il a été arrêté par le PSB à son domicile le 7 mai 1993. Il a été jugé en même temps que ses amis Lukhar Sham (Lukhar Jam ou Lupe…