Accéder au contenu principal

Sonam Gyalpo

Sonam Gyalpo, 50 ans, tailleur de profession, a été arrêté par les officiers de l’Agence des services secrets chinois ( ch : Ang jang jue) le 28 août 2005.
Cet homme est originaire de la région de Lhoka dans la Région Autonome du Tibet (TAR)
Sonam Gyalpo a été moine au monastère de Drepung. A cette époque, il avait été à l’origine d’une manifestation pacifique avec 20 autres moines, le 27 septembre 1987.
Il avait été alors accusé d’activités « contre-révolutionnaires » et condamné à trois ans d’emprisonnement à la prison de Drapchi à Lhassa.
Après sa libération, le 20 septembre 1990, il avait voyagé à Katmandou et en Inde pour recevoir la bénédiction du Dalaï Lama.
Le 23 juillet 1993, il est de nouveau arrêté puis torturé et emprisonné.
Sa dernière arrestation, le 28 août 2005, a eu lieu quelques jours avant la célébration du 40ème anniversaire de la fondation de la Région Autonome du Tibet.
Les autorités ont intensifié la surveillance des Tibétains qui avaient des antécédents politiques et ont lancé à l’été 2005 la campagne « Frapper fort » afin de faire disparaître ceux qui étaient suspectés de vouloir gêner la célébration de cet anniversaire.
Les services secrets chinois ont fouillé les maisons des Tibétains qui auraient pu mener des activités politiques durant l’événement.
Vers 6 heures du soir, le 28 août 2005, quand Sonam Gyalpo et sa femme Tsamchoe rentraient chez eux après avoir fermé la boutique, 16 officiers des Services Secrets les attendaient.
Quatre officiers emmenèrent Sonam Gyalpo dans une Jeep et les 12 autres commencèrent à saccager sa maison. Après avoir tout retourné, les officiers découvrirent du « matériel incriminant » : Quatre cassettes vidéo des enseignements et des photos du Dalaï Lama, quelques textes politiques.
Un jugement devant la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa a eu lieu à l’été (?) 2006. Sonam Gyalpo a été condamné à 12 ans de prison pour « mise en danger de la sécurité de l’Etat ». Il est actuellement détenu à la prison de Chushul (ch : Qushui) située à l’ouest de Lhassa.

Voici une proposition de lettre en français ou en anglais à adresser aux autorités chinoises :

Madame, Monsieur,
Sonam Gyalpo, 50 ans, Tibétain est originaire de Lhoka (Région Autonome du Tibet) Précédemment, en 1987 puis en 1993, il a été emprisonné pour activités "contre révolutionnaires"

Le 28 août 2005, à la suite de la découverte par les policiers de cassettes vidéo d’enseignements et de photos du Dalaï lama ainsi que de textes politiques, il a été condamné à 12 ans de prison par la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa.
Cependant, la République Populaire de Chine a signé de nombreux textes protégeant la liberté d'opinion et de religion : sa propre Constitution, la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948 et le Pacte International relatif aux droits civils et politiques.

Je vous demande donc instamment le respect de ces textes engageant la République Populaire de Chine en libérant Sonam Gyalpo, prisonnier politique, immédiatement et inconditionnellement.
Veuillez croire, Madame, Monsieur à mes salutations distinguées.

Nom
Adresse
Signature

Dear Sir or Madam,

Sonam Gyalpo, 50, is a Tibetan from Lhoka (Tibetan Autonomous Region) He was imprisoned in 1987 and again in 1993 for “counter-revolutionary activities."
On 28 August 2005, following the discovery by police of video cassettes containing photos of and teachings by the Dalai Lama, as well as political tracts, he was sentenced to 12 years imprisonment by the Lhasa Intermediate People’s Court.
The People’s Republic of China is nevertheless a signatory to various texts guaranteeing freedom of opinion and religious orientation – such as its own Constitution, the Universal declaration on Human Rights of 1948, and the Universal Covenant on Civil and Political Rights.
I therefore call on you herewith to respect these texts, which are binding commitments by the People’s Republic of China, by freeing Sonam Gyalpo, who is a political prisoner, immediately and unconditionally.
Yours faithfully,

Nom
Adresse
Signature

Propositions d’adresses d’envoi de vos courriers :

Madame le Ministre de la Justice (Minister of Justice)
Mme Wu Aijing
Buzhang
Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyang Qu
Beijingshi 100 020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)
Fax 00 86 10 65 29 23 45
minister@legalinfo.gov.cn
pfmaster@legalinfo.gov.cn
Fax : + 86 10 6520 5236 ou + 86 10 6529 2345


Monsieur le Président de la Région Autonome du Tibet (Chairman of the Tibet Autonomous Regional People’s Government)
Xizang Zizhiqu Renmin Zhengfu
1 Kang'angdonglu
Lasashi 850 000
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Affranchissement : 1,25 euro pour un envoi de moins de 20 grammes à partir de la France

Les copies de vos courriers peuvent être envoyées à :

Mr Jean-Marc Ayrault
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75007 Paris
http://www.diplomatie.gouv.fr/courrier/

Monsieur l’Ambassadeur de la République populaire de Chine
Mr Zhaï Zun
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris
chinaemb_fr@mfa.gov.cn
Fax : 01 47 20 24 22

Merci de me transmettre les copies des éventuelles réponses des autorités chinoises ou françaises.

Monique Dorizon
13 rue Charles Maréchal
78300 Poissy
France
moniquedorizon@hotmail.com


Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…

Tsegon Gyal

Tsegon Gyal   (次贡杰, 次贡塔)

Tsegon Gyal est né le 12 août 1963 dans une famille de nomades du village de Yakmo, en Amdo, province chinoise du Qinghai.
Tout d’abord, pendant plusieurs années, il a été instituteur dans un village de l’Amdo.
Puis, ayant réussi un examen de journalisme, il a travaillé pour un journal spécialisé dans les affaires juridiques et administratives, « Qinghai Legal Daily » mais aussi pour le « Qinghai Tibetan News ».
En 1989 (date approximative), il a été arrêté et détenu pendant un mois pour avoir parlé de l’expansion de la littérature tibétaine et du déclin de l’éducation tibétaine lors d’une conférence publique. Cela l’a empêché de travailler en tant que journaliste et ses écrits ont été censurés.
Cependant, il a pu se présenter à un concours d’entrée dans une école de police et, après ses études, a été employé comme policier.
Ensuite, il a été arrêté par le PSB à son domicile le 7 mai 1993. Il a été jugé en même temps que ses amis Lukhar Sham (Lukhar Jam ou Lupe…