Accéder au contenu principal

Tsering Lhagon a été libéré

Tsering Lhagon a été libéré le 23 mars 2014

Il est originaire de Yakla est âgé d’une quarantaine d’années. Marié, il est père de 4 jeunes enfants. De son père, il a appris la construction de maisons traditionnelles tibétaines. De 1985 au jour de son arrestation, Tsering Lhagon fut chef du chantier de construction du monastère de Sog Tsendhen.
Il a été arrêté au monastère par des fonctionnaires du Département de la sécurité de la Région Autonome du Tibet et des fonctionnaires des PSB (Bureau de la Sécurité Publique) locaux. Ceux-ci avaient découvert dans sa chambre des blocs d’imprimerie en bois sur lesquels on pouvait lire : « Tibet Libre », « Longue vie au Dalaï Lama », « Le Tibet appartient aux Tibétains » et « La Chine hors du Tibet »
Le procès public des 6 détenus eut lieu 9 mois plus tard, à la mi-décembre, devant la Cour Populaire Intermédiaire de Nagchu. Ils furent accusés de « Soutien à la clique séparatiste du Dalaï Lama » et d’ « activités dangereuses pour la sécurité de l’Etat »
Tsering Lhagon a été condamné à 15 ans d’emprisonnement.
Il purge sa peine à la prison de Drapchi à Lhassa.

Proposition de lettre en français :

Monsieur le …………

Tsering Lhagon originaire de Yakla Township, Comté de Sog, chef du chantier de construction du monastère de Sog Tsendhen. a été arrêté le 13 mars 2000. Un procès public s’est tenu à la Cour populaire Intermédiaire de Nagchu en décembre 2000. A la suite de celui-ci, et après accusation de « Soutien au Dalaï Lama » et d’ « Activités dangereuses pour la sécurité de l’Etat » Tsering Lhagon a été condamné à 15 ans de prison qu’il purge à la prison de Drapchi à Lhassa.
Même si Tsering Lhagon est à l’origine des affiches indépendantistes, il n’a fait qu’exprimer son opinion, droit reconnu dans la Constitution chinoise. Tsering Lhagon est donc prisonnier de conscience et comme tel doit recouvrer sa liberté.
Je vous demande donc instamment la libération immédiate et inconditionnelle de ce prisonnier.
Veuillez agréer, Monsieur le ………..mes meilleures salutations.

Nom
Adresse et signature

Traduction de cette lettre en anglais :

Sir,

Tsering Lhagon, who comes from Yakla Township, Sog County, and who was a construction site supervisor at the monastery of Sog Tsendhen, was arrested on 13 March 2000. A public trial was held at the People's Intermediate Court of Nagchu in December 2000. Following this trial and after having been accused of "Supporting the Dalai Lama" and “activities endangering State security", Tsering Lhagon was sentenced to a 15-year prison term which he is serving at the Drapchi prison of Lhassa.
Even if Tsering Lhagon was at the basis of posters calling for independence, he did nothing more than express his opinion, a right recognized by the Chinese Constitution. Tsering Lhagon is thus a prisoner of conscience and as such, must be freed.
Thus I urgently request the immediate and unconditional liberation of this prisoner.

Yours sincerely,

Nom
Adresse et signature


Proposition d’adresses d’envoi :

M. Wen Jiabao Zongli
Premier Ministre de la République Populaire de Chine
Guowuyuan
9 Xihuang Chenggen Beijie
Beijingshi 100 032
République Populaire de Chine

Madame la Ministre de la Justice
Mme Wu Aiying
Sifabu
10 Chaoyangpqu Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100 020
République Populaire de Chine

M. Padma Choling Zhuren
Président du Gouvernement Populaire de la Région Autonome du Tibet
Xizang Zizhiqu Renmin Zhengfu
1 Kang'angdonglu
Lhasa 850 000
Xizang Zizhiqu
République Populaire de Chine

Monsieur le Gouverneur Jianyuzhang
Directeur de la prison n°1 de Drapchi
Xizang Zizhiqu Di Yi Jianyu
Lhasa 850 003
République Populaire de Chine

(0.95 euro pour un envoi de moins de 20 grammes à partir de la France ou enveloppes internationales disponibles à la Poste)

Copies à :

Mr Jean-Marc Ayrault
Ministère des Affaires Etrangères
37 Quai d'Orsay
75007 Paris France
http://www.France.diplomatie.fr/courrier/

Monsieur l’Ambassadeur
Mr Kong Quan
Ambassade de Chine
11 Avenue George V
75008 Paris France
Chinaemb_fr@mfa.gov.cn

Quotidien du Peuple
9-11, rue Ernest Renan
92130 Issy les Moulineaux France
Fax : 01 42 70 61 28

Merci de signaler les éventuelles réponses des autorités par un message à :

Monique Dorizon
13 rue Charles Maréchal
78300 Poissy France
ou moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Yeshi Choedon

Yeshi Choedon (益西曲珍) * (ch. Yixi Quzhen) est une ancienne travailleuse sociale, âgée d’environ 50 ans, elle a été condamnée en novembre 2008, par la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa, à 15 ans de prison et 5 ans de privation de ses droits civiques. Selon le journal officiel communiste « Lhassa Evening News », en relation avec les événements s’étant déroulés à Lhassa à partir du 14 mars 2008, payée par le Département de la Sécurité Publique du Gouvernement Tibétain en exil, Yeshi Choedon aurait transmis des « renseignements et des informations mettant en danger la sécurité de l’Etat et les intérêts nationaux chinois » Elle a été condamnée pour « espionnage » Son « crime » est en réalité d’avoir envoyé à l’étranger (en Inde ?) des informations sur la situation et l’évolution des événements au Tibet alors que la région était interdite aux touristes et aux journalistes étrangers. Proposition de lettres (à personnaliser si vous le désirez): Monsieur ou Mada

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠 Tashi Wangchuk, 30 ans au moment de son arrestation, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk

Thabkhe Gyatso

Le 21 mai 2009, la Cour populaire intermédiaire de la Préfecture de Kanlho (Gannan), Province du Gansu , a déclaré Thabkhe Gyatso coupable du transport et de la distribution de drapeaux comportant le Lion des neiges, symbole du Tibet, au cours de la manifestation du 15 mars 2008, d’avoir crié des slogans réclamant l’indépendance et d’avoir transmis des informations à des groupes « séparatistes » extérieurs (vraisemblablement des organisations pro-tibétaines installées à l’étranger). Thabkhe Gyatso est l’un des moines de l’important monastère de Labrang Tashikyil. Il était âgé de 31 ans au moment de son arrestation à l’intérieur du monastère, le 18 mars 2008. Il a aussi rédigé des essais publiés dans les journaux locaux sous le nom de plume d’« Amalha » La manifestation de mars 2009 à laquelle il a participé regroupait de 5 à 6 000 personnes. Organisée par des moines, elle s’est déroulée à un endroit connu sous le nom de Choeten Karpo (Stupa blanc). Là, a été