Accéder au contenu principal

Lobsang Kunchok

























Le 17 août 2012, Lobsang Kunchok (ch : Luosang Gongjue, Lorang Konchok, 洛桑贡觉), alors âgé de 40 ans, moine du monastère de Kirti à Ngaba (ch : Aba) au Sichuan a été arrêté par des membres du Bureau de la Sécurité Publique (PSB).
Lobsang Kunchok étudiait dans la classe de « Karampa ». (Equivalent du Baccalauréat dans le bouddhisme tibétain) au monastère de Kirti.
Lobsang Kunchok et son neveu Lobsang Tsering ont été arrêtés en août, mais leur détention et les charges portées contre eux n’ont été annoncées qu’en décembre 2012 par le gouvernement chinois. 

Le 31 janvier 2013, Lobsang Kunckok a été condamné à mort avec un sursis de deux ans et privé de ses droits politiques à vie par la Cour populaire intermédiaire de Ngaba (ch : Aba)
Il a été condamné pour « homicide volontaire » et « incitation et contrainte à l’auto-immolation à l’encontre de huit personnes, ayant entraîné trois décès ».
Les cinq autres personnes auraient changé d’avis ou en auraient été empêchées par la police, selon ce qui est mentionné par les journaux chinois à ce propos.
En outre, le tribunal a accusé Lobsang Kunchok d’avoir envoyé des informations au sujet des immolations, « utilisées par certains médias étrangers comme base pour la création de la propagande séparatiste », est-il affirmé par le tribunal.
Toutefois, le rapport de Xinhua, agence de presse officielle, ne fait pas état de charges antérieures faites par la police chinoise qui auraient accusé les deux hommes de travailler sur les instructions du Dalaï Lama et de ses partisans. 

Les autorités judiciaires chinoises ont appliqué l’Article 233 de la Loi pénale qui demande une peine de 3 à 10 ans d’emprisonnement pour « homicide volontaire », dans le cas où les circonstances sont relativement mineures, et au moins 10 ans, pouvant aller jusqu’à la peine de mort, si les conditions sont graves.
Les deux hommes ont été représentés par des avocats désignés d’office par le gouvernement.


Proposition de lettre à envoyer aux autorités :

En anglais :

Dear … (Titre de l’autorité à laquelle vous adressez ce courrier)

I am writing to you to express my concern over the fate of a highly respected Tibetan Buddhist monk who could be executed as early as January 2015.
Lobsang Kunchok (Luosang Gongjue, Lorang Konchok, 洛桑贡觉was sentenced to death with a two year reprieve by the Intermediate People’s Court of the Ngaba (Aba) Tibetan and Qiang Autonomous Prefecture in Sichuan province on 31 January 2013.
He was charged with the “intentional homicide” for “inciting and coercing” eight Tibetan to self immolate, and accused that he has passed on information to Tibetans in India about the people who had self-immolated.
Lobsang Kunchok, a 40-year old monk from Kirti monastery, has not received a fair trial and no credible evidence linking him to any crime has been released publicly.
Xinhua itself had acknowledged that he was not represented by his own lawyer. Despite an assertion by a judge, no evidence was presented to justify the sentencing.
 I urge you to quash this sentence with immediate effect and allow this case to be impartially investigated with any further trial to be conduct openly and with due regard to international legal standards.

Given the urgency of his situation, I call on you to provide an official assurance that Lobsang Kunchok will not be executed.

Let me finally add that my interest in this case arises purely from a concern of human rights.
Yours sincerely,

Date, Nom, Prénom, Adresse et Signature

Cette même proposition de lettre traduite en français :

Monsieur le ……….. (Titre de l’autorité à laquelle vous adressez ce courrier)

Je vous écris pour vous faire part de mon inquiétude sur le sort d'un moine bouddhiste tibétain très respecté qui pourrait être exécuté dès janvier 2015.
Lobsang Kunchok (Luosang Gongjue, Lorang Konchok, 洛桑贡觉a été condamné à mort avec un sursis de deux ans par le Tribunal populaire intermédiaire de Ngaba (Aba), Préfecture autonome Tibétaine et Qiang, Province du Sichuan, le 31 Janvier 2013.
Il a été inculpé d’«homicide intentionnel» pour «incitation et contrainte » auprès de huit Tibétains pour s’auto-immoler, et accusé d'avoir transmis des informations à des Tibétains en Inde sur les personnes qui se sont immolées.
Lobsang Kunchok, moine de 40 ans du monastère de Kirti, n'a pas bénéficié d'un procès équitable et aucune preuve crédible pour le lier à n'importe quel crime n’a été rendue publique.
Xinhua, elle-même, a reconnu qu'il n'était pas représenté par son propre avocat. En dépit d’une l'affirmation faite par un juge, aucune preuve n'a été présentée pour justifier la condamnation.
 Je vous demande instamment d'annuler cette condamnation avec effet immédiat et de permettre qu’une enquête impartiale soit menée sur cette affaire et qu’un autre procès plus approfondi se déroule ouvertement et en tenant compte des normes juridiques internationales.

Compte tenu de l'urgence de sa situation, je vous demande de fournir une assurance officielle que Lobsang Kunchok ne sera pas exécuté.

Permettez-moi enfin d'ajouter que mon intérêt pour la présente affaire découle purement d'une préoccupation des droits de l'homme.
Cordialement,

Date, Nom, Prénom, Adresse et Signature


Propositions d’adresses auxquelles envoyer vos courriers :

(Timbrer à 1,25 euro à partir de la France métropolitaine pour un envoi de moins de 20 grammes à destination de la Chine)

Ministre de la Justice (Minister of Justice of the People’s Republic of China)
Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur le Directeur de l’administration provinciale de la justice du Sichuan (Director of the Sichuan Provincial Administration of Justice)
Sichuansheng Sifating,
24 Shangxianglu,
Chengdushi 610015
Sichuansheng
République Populaire de Chine (People's Republic of China)

Monsieur le Président de la Haute Cour Populaire Provinciale du Sichuan (President of the Sichuan Provincial Higher People’s Court)
Sichuansheng Gaoji Renmin Fayuan
108 Zhengfujie
Qinyangqu
Chengdushi 610017
Sichuansheng
République Populaire de Chine (People's Republic of China)
yuanzhangmailbox@sina.com

Il est intéressant d’adresser copie de vos courriers à ces autres autorités :

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine (ou Ambassadeur de Chine dans votre pays)
Mr. KONG Quan
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris

Monsieur Laurent Fabius (ou Ministre des Affaires Etrangères de votre pays)
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75007 Paris

En cas de réponse de l'une ou l'autre de ces autorités, merci de me le faire savoir.
moniquedorizon@hotmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Yeshi Choedon

Yeshi Choedon (益西曲珍) * (ch. Yixi Quzhen) est une ancienne travailleuse sociale, âgée d’environ 50 ans, elle a été condamnée en novembre 2008, par la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa, à 15 ans de prison et 5 ans de privation de ses droits civiques. Selon le journal officiel communiste « Lhassa Evening News », en relation avec les événements s’étant déroulés à Lhassa à partir du 14 mars 2008, payée par le Département de la Sécurité Publique du Gouvernement Tibétain en exil, Yeshi Choedon aurait transmis des « renseignements et des informations mettant en danger la sécurité de l’Etat et les intérêts nationaux chinois » Elle a été condamnée pour « espionnage » Son « crime » est en réalité d’avoir envoyé à l’étranger (en Inde ?) des informations sur la situation et l’évolution des événements au Tibet alors que la région était interdite aux touristes et aux journalistes étrangers. Proposition de lettres (à personnaliser si vous le désirez): Monsieur ou Mada

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠 Tashi Wangchuk, 30 ans au moment de son arrestation, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk

Thabkhe Gyatso

Le 21 mai 2009, la Cour populaire intermédiaire de la Préfecture de Kanlho (Gannan), Province du Gansu , a déclaré Thabkhe Gyatso coupable du transport et de la distribution de drapeaux comportant le Lion des neiges, symbole du Tibet, au cours de la manifestation du 15 mars 2008, d’avoir crié des slogans réclamant l’indépendance et d’avoir transmis des informations à des groupes « séparatistes » extérieurs (vraisemblablement des organisations pro-tibétaines installées à l’étranger). Thabkhe Gyatso est l’un des moines de l’important monastère de Labrang Tashikyil. Il était âgé de 31 ans au moment de son arrestation à l’intérieur du monastère, le 18 mars 2008. Il a aussi rédigé des essais publiés dans les journaux locaux sous le nom de plume d’« Amalha » La manifestation de mars 2009 à laquelle il a participé regroupait de 5 à 6 000 personnes. Organisée par des moines, elle s’est déroulée à un endroit connu sous le nom de Choeten Karpo (Stupa blanc). Là, a été