Accéder au contenu principal

Adruk Lopoe a été libéré le 21 août 2017








Adruk Lopoe (ch. Lubo), est né en 1962 dans le village de Yonru Kharshul, township de Ponkar, Comté de Lithang, Préfecture autonome du Tibet (TAP) de Kardze, Province du Sichuan.
Très tôt, il est entré au monastère de Lithang. Devenu maître de chant (Tib: Omzey) du monastère et maître de discipline (Tib : Geykoe) au Monastère de Yonru Rabgyeling dans le Comté de Lithang.
Faire partie de l’administration d’un monastère est aujourd’hui une position difficile dans le cadre de campagnes politiques répressives.
En 1997-1998, au plus fort de la campagne d’« Education patriotique » intitulée « Aimer la religion, aimer le pays » menée par les autorités chinoises dans les couvents et monastère du Tibet, Adruk Lopoe avait alors été nommé Représentant Directeur du Comité d’Organisation Démocratique (DMC) du Monastère de Lithang. Cependant, Adruk Lopoe a renoncé à ce poste, comprenant parfaitement sa ramification spirituelle et politique contraire à ses vœux, puisqu’il aurait du dénoncer son chef spirituel, le Dalaï Lama, ainsi que les dissidents politiques dans les monastères.
Adruk Lopoe, très connu et respecté dans la région, est un défenseur engagé de l’éducation de la jeunesse et la lutte contre la déforestation, l’exploitation forestière et les atteintes à la flore et la faune dans la région de Kardze.
Le 1er août, lors de l’arrestation de Ronggye A’drak à la suite de son esclandre, Adruk Lopoe était le meneur du groupe de Tibétains qui a tenté de négocier sa libération avec la police.
Le 21 août au soir, un nombre important de membres du PSB et de la Police Populaire Armée (PAP) a soudainement envahi Dakar Latse, village d’où est originaire Ronggye A’drak et ils ont voulu arrêter quelques uns de ses neveux, dont Adruk Lopoe. Ne le trouvant pas chez lui, les forces de sécurité ont arbitrairement détenu deux de ses frères, Adruk Gyatso et Adruk Nyima et les ont emmenés de force au Centre de détention local du PSB. Les membres du PSB et de la PAP ont entièrement mis à sac leur maison à la recherche d’un élément permettant de les accuser.
Adruk Lopoe, après plusieurs heures, apprenant l’arrestation de ses deux frères, est allé au Bureau du PSB du Comté de Lithang, a dit être la personne recherchée, et a demandé la libération de ses deux frères. Sans répondre à sa demande, l’officier l’a arrêté. Adruk Nyima et Adruk Gyatso, sévèrement battus, ont été libérés après six heures de détention.
La population locale pense que les prises de positions de Adrul Lopoe peuvent avoir rendu furieuses les autorités.
Cette arrestation est dans la droite ligne de ce qui a été observé au Tibet ces dernières années : la détention de moines tibétains importants, ayant une influence notoire sur la communauté monastique et civile et qui sont connus pour être loyaux envers le Dalaï Lama.
Le 29 octobre 2007, devant la Cour Populaire Intermédiaire de Kardze (ch. Ganzi), Adruk Lopoe a été condamné à 10 ans de prison pour « complicité avec des forces séparatistes étrangères afin de diviser le pays et distribution de pamphlets politiques » pour avoir pris des photos, fait des CD et les avoir transmis à des organisations étrangères. « Certains contenaient des renseignements qui mettaient la sécurité et les intérêts de l’état en danger » selon la Cour.


Posts les plus consultés de ce blog

Yeshi Choedon

Yeshi Choedon (益西曲珍) * (ch. Yixi Quzhen) est une ancienne travailleuse sociale, âgée d’environ 50 ans, elle a été condamnée en novembre 2008, par la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa, à 15 ans de prison et 5 ans de privation de ses droits civiques. Selon le journal officiel communiste « Lhassa Evening News », en relation avec les événements s’étant déroulés à Lhassa à partir du 14 mars 2008, payée par le Département de la Sécurité Publique du Gouvernement Tibétain en exil, Yeshi Choedon aurait transmis des « renseignements et des informations mettant en danger la sécurité de l’Etat et les intérêts nationaux chinois » Elle a été condamnée pour « espionnage » Son « crime » est en réalité d’avoir envoyé à l’étranger (en Inde ?) des informations sur la situation et l’évolution des événements au Tibet alors que la région était interdite aux touristes et aux journalistes étrangers. Proposition de lettres (à personnaliser si vous le désirez): Monsieur ou Mada

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠 Tashi Wangchuk, 30 ans au moment de son arrestation, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison.   Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé  par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier. Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière Pour participer à cette action, adressez un mail à: mlcdorizon@gmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom. Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.