Accéder au contenu principal

Trinley Dargye













Trinley Dargye
Chile Dajie,  列达杰

Après les arrestation arbitraires effectuées par la police dans le Comté de Draggo, Préfecture de Kardze, Province du Sichuan, à la suite d’affichage critiquant la politique chinoise menée au Tibet, mais aussi de l’obligation faite aux Tibétains par les autorités de fêter Losar (Nouvel an tibétain), le  23 janvier 2012, des centaines de Tibétains ont manifesté.
 Ils réclamaient la liberté et le retour du Dalaï Lama au Tibet.
Cette manifestation pacifique s’est terminée par des tirs de la police. Plusieurs manifestants ont été tués, des dizaines blessés.
Le 26 janvier 2013, la Cour populaire intermédiaire de Draggo a condamné Trinley Dargye, 42 ans, un des dirigeants du monastère de Draggo, à 10 ans de prison pour avoir participé à cette manifestation.

Article 35 de la Constitution  de la République Populaire de Chine: Les citoyens de la République populaire de Chine disposent de la liberté de parole, de presse, de réunion, d'association, de défilé et de manifestation.

Propositions de lettres à adresser aux autorités :

En anglais:

Dear … (Minister, President)

I am writing to you today to draw your attention to the sentencing and detention of Trinley Dargye (Chilie Dajie, 赤列达杰) from Draggo (Luhuo) County, Kardze (Ganzi) Prefecture, Province of Sichuan.
He was arrested on January 23, 2012 because of his participation in a pacific rally in Draggo County.  
Trinle Dargye has been sentenced to 10 years in jail for taking part in the protest.
He has committed no internationally-recognized crime.
I respectfully remind the authorities of their obligations under Article 35 of the Chinese constitution and Article 19 of the international Covenant on Civil and Political Rights which guarantee freedom of demonstration.
I am gravely concerned about the safety of Trinle Dargye, as his fate remains unknown.
Consequently, the continued detention of Trinle Dargye is a violation of international human rights standards.
I request the immediate and unconditional release of Trinle Dargye.
Sincerely,
Vos nom, prénom, signature

Ou en français :

Monsieur (ou Madame) le ……. (Ministre, Président)

Je vous écris aujourd'hui pour attirer votre attention sur la condamnation et la détention de Trinley Dargye (Chile Dajie, 列达杰) du Comté de Draggo (Luhuo), Préfecture de Kardze (Ganzi), Province du Sichuan.
Il a été arrêté le 23 janvier 2012 en raison de sa participation à un rassemblement pacifique dans le Comté de Draggo.
Trinley Dargye a été condamné à 10 ans de prison pour avoir pris part à la manifestation.
Il n’a commis aucun crime internationalement reconnu.
Je rappelle respectueusement aux autorités leurs obligations liées à l'Article 35 de la Constitution chinoise et à l'Article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques qui garantissent la liberté de manifestation.
Je suis profondément préoccupé(e) par la sécurité de Trinley Dargye, alors que son sort reste inconnu.
Par conséquent, le maintien en détention de Trinley Dargye est une violation des normes internationales des droits de l'homme.
Je demande la libération immédiate et inconditionnelle de Trinley Dargye.
Cordialement,
Vos nom, prénom, signature

Propositions d’adresses d’envoi de vos courriers:
(Affranchissement d’une lettre de moins de 20 grammes à destination de la Chine à partir de la France métropolitaine : 1, 25 euro)

Madame le Ministre de la Justice (Minister of Justice)
Ms. WU Aiying
Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur le Président de la Haute Cour Populaire Provinciale du Sichuan (President of the Sichuan Provincial Higher People’s Court)
Mr LIU Yushun Yuanzhang
Sichuansheng Gaoji Renmin Fayuan
108 Zhengfujie
Qinyangqu
Chengdushi 610017
Sichuansheng
République Populaire de Chine (People's Republic of China)
yuanzhangmailbox@sina.com
(Peut être difficile à atteindre)

Copies de vos courriers peuvent être envoyées à :

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine (ou Ambassadeur de la RPC dans votre pays)
Monsieur Zhaï Zun
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris
(Peut être difficile à atteindre)

Monsieur le Ministre des Affaires étrangères (ou Ministre des Affaires étrangères de votre pays)
Monsieur Jean-Marc Ayrault
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris

Merci de me communiquer toute réponse reçue de l’une ou l’autre de ces autorités.

Monique Dorizon

Posts les plus consultés de ce blog

Yeshi Choedon

Yeshi Choedon (益西曲珍) * (ch. Yixi Quzhen) est une ancienne travailleuse sociale, âgée d’environ 50 ans, elle a été condamnée en novembre 2008, par la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa, à 15 ans de prison et 5 ans de privation de ses droits civiques. Selon le journal officiel communiste « Lhassa Evening News », en relation avec les événements s’étant déroulés à Lhassa à partir du 14 mars 2008, payée par le Département de la Sécurité Publique du Gouvernement Tibétain en exil, Yeshi Choedon aurait transmis des « renseignements et des informations mettant en danger la sécurité de l’Etat et les intérêts nationaux chinois » Elle a été condamnée pour « espionnage » Son « crime » est en réalité d’avoir envoyé à l’étranger (en Inde ?) des informations sur la situation et l’évolution des événements au Tibet alors que la région était interdite aux touristes et aux journalistes étrangers. Proposition de lettres (à personnaliser si vous le désirez): Monsieur ou Mada

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠 Tashi Wangchuk, 30 ans au moment de son arrestation, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk

Thabkhe Gyatso

Le 21 mai 2009, la Cour populaire intermédiaire de la Préfecture de Kanlho (Gannan), Province du Gansu , a déclaré Thabkhe Gyatso coupable du transport et de la distribution de drapeaux comportant le Lion des neiges, symbole du Tibet, au cours de la manifestation du 15 mars 2008, d’avoir crié des slogans réclamant l’indépendance et d’avoir transmis des informations à des groupes « séparatistes » extérieurs (vraisemblablement des organisations pro-tibétaines installées à l’étranger). Thabkhe Gyatso est l’un des moines de l’important monastère de Labrang Tashikyil. Il était âgé de 31 ans au moment de son arrestation à l’intérieur du monastère, le 18 mars 2008. Il a aussi rédigé des essais publiés dans les journaux locaux sous le nom de plume d’« Amalha » La manifestation de mars 2009 à laquelle il a participé regroupait de 5 à 6 000 personnes. Organisée par des moines, elle s’est déroulée à un endroit connu sous le nom de Choeten Karpo (Stupa blanc). Là, a été