Accéder au contenu principal

Dhondup Wangchen a été libéré





LIBERE le 5 juin 2014
Arrivé aux Etats-Unis en décembre 2017

"Leaving Fear Behind" (" Surmonter la peur" : “Jigdrel” en tibétain), est un film tourné en secret au Tibet entre novembre et mars 2008 par un Tibétain amateur, Dhondup Wangchen,(顿珠旺钦(音) paysan, et son ami moine, Golog Jigme (aussi appelé Jigme Gyatso).
Ce film de 25 minutes a été projeté à des journalistes étrangers, à Pékin, le 6 août 2008, peu de temps avant l’ouverture des Jeux.
Avec une petite caméra, en moto à travers le Tibet, ils ont réalisé 35 heures d’interviews afin de faire entendre la voix des Tibétains lors des Jeux Olympiques. La presque totalité des personnes interviewées, tout comme Dhondup Wangchen lui-même, a accepté, en toute connaissance de cause, de figurer dans le film à visage découvert.
Ils parlent tous d’oppression et de discrimination, de la détérioration et de la marginalisation de la langue et de la culture tibétaines, de la destruction du mode de vie des nomades tibétains à cause des politiques de sédentarisation forcée, du manque de liberté religieuse, de la diffamation du Dalaï Lama et des promesses non tenues du gouvernement chinois d’améliorer la situation au Tibet pour les Jeux Olympiques.
Toutes ces interviews expriment un profond respect envers le Dalaï Lama et l'attente de sont retour, voire le souhait qu’il assiste aux Jeux Olympiques.
Le 10 mars 2008, les cassettes du film ont été envoyées en Suisse afin d’être exploitées par le cousin de Dhondup Wangchen, en exil depuis 2002.
Dhondup Wangchen et Golog Jigme ont été arrêtés entre le 26 mars 2008.
Le 24 août 2008, une lettre écrite par Lhamo tso, femme de Dhondup Wangchen, réfugiée à Dharamsala avec ses 4 enfants, a été adressée au Président du Comité International Olympique, Jacques Rogge, lui demandant une nouvelle fois son soutien afin de libérer son mari. Sans réponse.
Le 28 décembre 2009, Dhondup Wangchen a été condamné à 6 ans de prison. Il a été dans un premier temps transféré au Centre de détention de Xining au Qinghai. Son appel a été refusé.
Son état de santé est particulièrement inquiétant puisqu'il serait sans traitement médical alors qu'il souffre d'Hépatite B.
En avril 2010, il a été transféré à la prison de Xichuan.
http://tinyurl.com/xichuan-prison
Puis en janvier 2012, on a appris que Dhondup Wangchen avait été transféré à la prison pour femmes du Qinghai.
http://www.filmingfortibet.org/2013/01/21/dhondup-wangchen-transferred-to-another-chinese-prison/

Reprenant une campagne lancée sur le site du film « Leaving Fear Behind » http://www.leavingfearbehind.com/take-action.html
Tibet Lib vous propose d’intervenir en faveur de Dhondup Wangchen.

Dhondup Wangchen est un prisonnier d’opinion, dont nous demandons la libération immédiate et inconditionnelle.

Proposition de courrier à adresser aux autorités chinoises :
(0.95 euro pour un envoi de moins de 20 grammes à partir de la France)

Monsieur ou Madame le ………………………… (Titre de la personne)

Je vous écris, très inquiet de la situation et de la santé de Dhondup Wangchen , Tibétain qui a été placé en détention par les autorités chinoises depuis mars 2008. Sa seule infraction a été de filmer l’expression pacifique de l’opinion de Tibétains dans le film documentaire « Leaving Fear Behind, Des Tibétains parlent du Tibet, de la Chine et des Jeux Olympiques »
Dhondup Wangchen, originaire de Hualong (Qinghai) a été arrêté par les autorités le 26 mars 2008. Il a été détenu au Centre de détention de Ershilipu à Xining (Qinghai) puis à la prison de Xichuan.
Lorsque la Chine a posé sa candidature pour accueillir les Jeux Olympiques de 2008, elle a publiquement promis que l’accueil des Jeux encouragerait l’avancée des droits humains.
La détention de Dhondup Wangchen va à l’encontre de cet engagement.
Je vous demande expressément de donner immédiatement des nouvelles de cet homme et d’obtenir sa libération inconditionnelle. Jusqu’à sa libération, faites s’il vous plaît, tout ce qui est en votre pouvoir, pour garantir qu’il ne soit pas torturé ou mal traité.
Je vous exhorte aussi à garantir que ceux qui sont associés au film « Leaving Fear Behind » y compris tous ceux qui sont interviewés dans le film, demeurent libres et saufs.

Merci

Nom, Prénom
Adresse
Signature

Traduction en anglais de cette lettre :

Dear ……………………………(Titre de la personne)


I write out of deep concern over the whereabouts and welfare of Dhondup Wangchen,a Tibetan who has been detained by Chinese authorities since March 2008. His only crime was to film Tibetans’ peaceful expression of their views in the documentary film "Leaving Fear Behind: Tibetans Speak on Tibet, China and the Olympics".

Dhondup Wangchen, from Hualong, Haidong (Qinghai) was detained by authorities on March 26, 2008. He was held in Ershilipu Detention Center in Xining (Qinghai)then in Xichuan prison.
When China made its bid to host the 2008 Olympic Games, it publicly pledged that its hosting of the games would boost the advancement of human rights. The detention of Dhondup Wangchen, flies in the face of that commitment.

I urge you to immediately disclose the whereabouts of this man and to secure his unconditional release. Until he is released, please do all that is within your power to ensure that he is not subjected to torture or other ill-treatment. I also urge you to ensure that all those associated with the film Leaving Fear Behind, including all those interviewed in the film, remain free and unharmed.

Thank you.

Nom, Prénom
Adresse
Signature

Propositions d’adresses pour vos envois de courriers en Chine :

Monsieur le Président de la République Populaire de Chine (President of the People’s Republic of China)
Mr. XI Jinping
The State Council General Office
2 Fuyoujie, Xichengqu
Beijingshi 100017
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur le Premier Ministre de la République Populaire de Chine (Premier of the People’s Republic of China)
Mr. LI Keqiang
The State Council General Office
9 Xihuangcheng Genbeijie
Beijingshi 100032
République populaire de Chine (People’s Republic of China)
Email : gazette@mail.gov.cn

Monsieur le Ministre de la Sécurité Publique de la République Populaire de Chine (Minister of Public Security of the People’s Republic of China)
Mr. GUO Shengkun
 Buzhang  Gong’anbu
14 Dong Chang’anjie
 Dongchengqu
 Beijingshi 100741

 République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Prison de Dhondup Wangchen :
Monsieur le Directeur (Governor)
Qinghai Provincial Women’s Prison:
40 Nanshan Road Xi'ning Qinghai 810000 a
République Populaire de Chine (People's Republic of China)

Pour la France, les copies des courriers peuvent être adressés à :

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris
chinaemb_fr@mfa.gov.cn
Fax : 01 47 20 24 22

Monsieur Laurent Fabius
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris
http://www.diplomatie.gouv.fr/courrier/
(Puis rubrique : « Réactions à l’actualité internationale »)

Merci de transmettre les copies des éventuelles réponses des autorités à :

Monique Dorizon
13 rue Charles Maréchal
78300 Poissy France
moniquedorizon@hotmail.com

http://www.leavingfearbehind.com/take-action.html

Posts les plus consultés de ce blog

Yeshi Choedon

Yeshi Choedon (益西曲珍) * (ch. Yixi Quzhen) est une ancienne travailleuse sociale, âgée d’environ 50 ans, elle a été condamnée en novembre 2008, par la Cour Populaire Intermédiaire de Lhassa, à 15 ans de prison et 5 ans de privation de ses droits civiques. Selon le journal officiel communiste « Lhassa Evening News », en relation avec les événements s’étant déroulés à Lhassa à partir du 14 mars 2008, payée par le Département de la Sécurité Publique du Gouvernement Tibétain en exil, Yeshi Choedon aurait transmis des « renseignements et des informations mettant en danger la sécurité de l’Etat et les intérêts nationaux chinois » Elle a été condamnée pour « espionnage » Son « crime » est en réalité d’avoir envoyé à l’étranger (en Inde ?) des informations sur la situation et l’évolution des événements au Tibet alors que la région était interdite aux touristes et aux journalistes étrangers. Proposition de lettres (à personnaliser si vous le désirez): Monsieur ou Mada

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠 Tashi Wangchuk, 30 ans au moment de son arrestation, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk

Thabkhe Gyatso

Le 21 mai 2009, la Cour populaire intermédiaire de la Préfecture de Kanlho (Gannan), Province du Gansu , a déclaré Thabkhe Gyatso coupable du transport et de la distribution de drapeaux comportant le Lion des neiges, symbole du Tibet, au cours de la manifestation du 15 mars 2008, d’avoir crié des slogans réclamant l’indépendance et d’avoir transmis des informations à des groupes « séparatistes » extérieurs (vraisemblablement des organisations pro-tibétaines installées à l’étranger). Thabkhe Gyatso est l’un des moines de l’important monastère de Labrang Tashikyil. Il était âgé de 31 ans au moment de son arrestation à l’intérieur du monastère, le 18 mars 2008. Il a aussi rédigé des essais publiés dans les journaux locaux sous le nom de plume d’« Amalha » La manifestation de mars 2009 à laquelle il a participé regroupait de 5 à 6 000 personnes. Organisée par des moines, elle s’est déroulée à un endroit connu sous le nom de Choeten Karpo (Stupa blanc). Là, a été